Alors que plusieurs grandes villes d’Europe ont plusieurs piscines publiques gratuites en plein air, notre Région n’en compte…aucune. Une ASBL et des députés veulent remédier à ce manque.

Depuis ce lundi, une piscine symbolique et provisoire a été installée le long du canal de Bruxelles, sur un espace appartenant à l’ASBL Au bord de l’Eau. L’initiative émane de Pool is Cool, une autre ASBL composée de 12 membres, dont l’objectif principal vise à réintroduire la baignade publique en Région bruxelloise. "Jusque dans les années 70, cette pratique existait grâce au solarium d’Evere. Mais depuis lors, il y a un vrai manque en Région bruxelloise, alors que ce type d’espace est souhaité par des milliers de Bruxellois qui pourraient en profiter lors des fortes chaleurs", explique Lien Nauwelaerts, de l’ASBL Pool is Cool, qui précise que des piscines publiques existent dans de nombreuses villes belges (Charleroi, Anvers, Malines, le lac de Rotselaar, etc.)

Si certaines places, comme la place Flagey à Ixelles, possèdent des jets d’eau où jouent les enfants, on ne recense toutefois aucune piscine publique sur le territoire de la Région bruxelloise. Mais depuis 2014, Pool is Cool étudie les possibilités de réintroduire la baignade en plein air à Bruxelles. "On ne veut pas devenir gestionnaire de piscine, mais bien mettre la pression et créer un mouvement composé de citoyens et d’experts pour faire comprendre aux gens que c’est un vrai manque. Ce type de baignade publique permet de créer du lien et améliore la qualité de vie", ajoute Lien Nauwelaerts.

C’est pourquoi, depuis ce lundi une piscine symbolique de 14 mètres sur 3,5 mètres et d’une profondeur de 20 centimètres a été construite et est accessible à tout un chacun gratuitement. Elle est accessible de 14 heures à 20 heures jusqu’au dimanche 4 septembre. "Nous réalisons plusieurs petites actions afin de conscientiser la population sur les bienfaits d’un tel dispositif. Les terrains existent en Région bruxelloise où nous comptons de nombreux points d’eau, mais il nous revient que la qualité des eaux fait partie des éléments qui constituent un frein au développement des piscines publiques", poursuit Lien Nauwelaerts.

Plusieurs grandes villes européennes possèdent des bains publics, selon des chiffres communiqués par Annemie Maes et Bruno De Lille, député Ecolo-Groen au parlement bruxellois, qui plaident aussi pour l’instauration de piscines publiques. "Le fait qu’on ne compte aucune piscine publique en Région bruxelloise est interpellant. À Paris, on en totalise 9 pour une population de 2,3 millions d’habitants. À Londres il y en a 13 pour plus de 8 millions d’habitants et à Amsterdam, il y en a 20 pour 800.000 habitants. À Londres, il est autorisé de se baigner dans les parcs mais à la responsabilité des baigneurs, expliquent-ils. Pour que ces espaces de rencontre puissent voir le jour chez nous, il faut absolument travailler à améliorer la qualité de l’eau des étangs et fontaines".

Les deux députés plaident pour la construction de plusieurs de ces espaces, "car si on en construit un seul il risque d’être victime de son succès", et ils rappellent que dans le passé, des propositions de création de pareils lieux ont été lancées, mais ces projets n’ont jamais pu être concrétisés "faute de moyen financier et de tergiversations politiques".


Plusieurs espaces potentiels identifiés

L’ASBL Pool is Cool a déjà réalisé plusieurs actions visant à sensibiliser la population et les politiques aux bienfaits d’une piscine publique. "On a réalisé plusieurs actions dans des lieux susceptibles de pouvoir accueillir des espaces de baignade en plein air, comme au Bois de la Cambre, aux étangs Mellaerts, dans le bassin de Sainte-Catherine, à l’étang du parc Malou, au parc Josaphat ou derrière le Wiels, qui est le centre culturel de Forest où un vaste espace peut être réhabilité en lieu de baignade", explique Lien Nauwelaerts, de l’ASBL. "On compte plus d’un million de personnes en Région bruxelloise, mais il n’y aucune piscine publique ! Or, dans les autres villes, ces espaces permettent aux gens de différents quartiers et de différentes cultures de se côtoyer. Le fait que tout le monde soit en maillot de bain créé un sentiment d’uniformité entre les personnes. On veut conscientiser la classe politique à investir dans ce type d’espace".

Pour sensibiliser l’opinion publique, une grande fête aura lieu le dimanche 21 août au Quai Beco.