Le secrétaire d'Etat bruxellois s’est engagé à veiller à ce que le promoteur réduise ses ambitions en terme de densité et de gabarits.

Ce lundi, le Comité Meunier a été reçu par le secrétaire d’Etat bruxellois Pascal Smet (one.brussels), en charge du Patrimoine et de l’Urbanisme. Ses représentants lui ont fait part de leurs préoccupations au sujet de l’avenir de la Villa Dewin et de son jardin, rue Meyerbeer 29-33 à Forest, menacés par un nouveau projet immobilier.

Depuis plus de 5 ans, les riverains se mobilisent pour sauvegarder ce patrimoine architectural et paysager remarquable. Dans un premier temps, ils ont soutenu le classement de la villa et de l'entièreté de son jardin, se ralliant à la proposition de la Commission Royale des Monuments et Sites, et voyant là une formidable occasion de valoriser leur quartier. Cependant, lors du classement du 7 juillet 2016, seule la partie du jardin située dans le prolongement de la Villa (partie est) avait été classée, ignorant la proposition initiale de la CRMS. La partie ouest n’avait pas été prise en compte. C’est cette partie non classée du jardin qui fait l’objet d’un projet de construction d’un complexe d'appartements, au sein même de la zone de protection, qui entrainerait l'abattage d'une trentaine d'arbres centenaires, et par conséquent la destruction du jardin d'origine de la villa.

En 2018, souhaitant que le classement partiel du jardin soit reconsidéré à la lumière d’éléments nouveaux, le comité a mené des recherches historiques et introduit une demande d'extension du classement du jardin auprès de Bruxelles-Patrimoine. Mais, pour des questions exclusivement procédurales, cette demande a été jugée irrecevable par le Gouvernement.

Cette décision fait aujourd’hui l’objet d’un recours en annulation auprès du Conseil d'Etat de la part du comité. La Commune de Forest a également introduit une demande d'inscription sur liste de sauvegarde de la partie du jardin non incluse dans l'arrêté de classement, demande restée jusque là sans réponse.

Informés via une interpellation parlementaire de la députée Ecolo Isabelle Pauthier, les riverains ont appris que la société gantoise Immograda, propriétaire de la parcelle mitoyenne à la Villa, a l’intention d’introduire prochainement une modification de sa demande de permis, laquelle avait fait l'objet d'un avis défavorable unanime de la Commission de Concertation en date du 26 mars 2019.

"Lors du rendez-vous, Pascal Smet s’est montré à l’écoute des arguments des riverains tant sur les questions patrimoniales qu’urbanistiques que sur leurs propositions alternatives", expliquent les membres du comité Meunier. "Alors que la question de la protection du jardin est restée sans réponse, la problématique du respect de la zone de protection du bien classé a quant à elle été longuement évoquée. Concernant le futur projet immobilier et sans avoir encore pris de décision, le Secrétaire d’Etat a assuré de la transparence de la procédure à venir, qui aura lieu probablement avant l'été".

"Sur les questions urbanistiques, il s’est engagé à veiller à ce que le promoteur réduise ses ambitions en terme de densité et de gabarits, de manière à proposer, selon ses dires : "un projet moins dense, plus logique urbanistiquement et plus intégré" que ne l’étaient les projets précédents. Enfin, il a déclaré vouloir poursuivre le dialogue entre les riverains, le promoteur et la commune et a répondu favorablement à l’invitation du comité à une visite prochaine du lieu."