Les abonnés de la STIB ne bénéficieront pas des avantages promis sur le réseau de vélos en libre service de la Région bruxelloise avant de nombreux mois


BRUXELLES L'exploitant de ce nouveau dispositif de déplacement inaugurera les premières stations de vélo samedi, en présence des autorités bruxelloises. Le cahier des charges imposé par la Région à l'exploitant JCDecaux prévoit notamment que les abonnés de la STIB bénéficieront d'une première heure d'utilisation gratuite de vélo au lieu de 30 minutes pour les clients de Villo qui ne sont pas abonnés au réseau bruxellois de transport en commun. Les détenteurs de la carte Mobib ne devraient également débourser que 29 euros (au lieu de 30) pour bénéficier d'un abonnement annuel à Villo.

Une visite minutieuse du site internet de Villo effectuée vendredi a permis de constater que ces dispositions n'étaient pas proposées dans la grille tarifaire actuelle. Renseignements pris, il apparaît que ces avantages ne seront pas accordés aux clients de la STIB avant belle lurette.

Interrogée à ce sujet, la porte-parole de la STIB a précisé que JCDecaux n'avait pas encore entamé de négociation à ce sujet avec la STIB. En outre, ces dispositions particulières en faveur des clients de la société intercommunale ne pourront être appliquées que lorsque l'on aura résolu l'obstacle technique de la lecture de la carte à puce de la STIB Mobib.

La STIB étend progressivement la mise en service de celle-ci à ses différentes catégories d'usagers et ne s'attaquera au problème de la compatibilité avec Villo qu'une fois qu'elle en aura terminé avec cette tâche prioritaire, a-t-elle dit en substance.

La STIB faisait partie, il y a quelques mois de l'association momentanée Clear channel-STIB-Pro velo, qui avait contesté l'attribution du marché d'exploitation du service de vélos partagés à Bruxelles à JC Decaux, après en avoir été évincée.

© La Dernière Heure 2009