Le musée des Égouts rouvre ses portes ce jeudi. L’occasion d’en savoir plus sur l’immense réseau qui passe sous nos pieds

Situé dans et sous les deux pavillons d’octroi de la porte d’Anderlecht, le musée des Égouts a rouvert ses portes pour un voyage insolite dans les sous-terrains de la capitale. Ouvert en 1988 et rénové en 2007, ce musée était historiquement géré par le service des égouts de la Ville de Bruxelles mais, depuis lors, sa gestion a été confiée au service de la Culture.

Pour Isabelle Douillet-de Pange, conservatrice en chef, ce musée convie enfants et adultes à se familiariser avec les "coulisses" de Bruxelles : "ce musée a un rôle pédagogique. Il séduira les enseignants du primaire et du secondaire, qui y verront l’occasion d’offrir une autre vision à leurs élèves concernant la construction de la ville et l’impact de chaque geste posé au quotidien, comme le fait d’ouvrir le robinet ou de prendre une douche".

Les égouts de Bruxelles, c’est un véritable labyrinthe de plus de 350 km qui passe sous chaque rue, chaque maison. Le réseau recueille à la fois les eaux pluviales ou de ruissellement, et les eaux usées provenant des habitations et de l’activité humaine. À titre d’exemple, sur le territoire de Bruxelles-Ville, environ 200.000 m3 d’eaux usées sont charriés quotidiennement dans les égouts par temps sec. La consommation moyenne en eau s’élève à près de 130 litres par jour et par personne.

L’évacuation des eaux usées a été conçue dès l’origine selon un principe gravitaire assurant leur écoulement naturel vers leur exutoire au point le plus bas : la Senne, dont l’évolution est abondamment évoquée dans le musée. Plusieurs artifices (siphons, pompes, etc.) facilitent cette progression.

Le réseau d’égouttage n’est en effet qu’un acteur parmi les nombreux aménagements qui s’enchevêtrent dans le sous-sol bruxellois. Câbles et canalisations, tunnels routiers, métro ou canal sont autant d’équipements urbains qui rivalisent avec le système d’égouttage en place.

La visite vous apprendra quand, pourquoi et comment les égouts furent construits, l’évolution des métiers dans ce monde souterrain, et vous fera comprendre le fonctionnement du cycle de l’eau.

Fermé depuis près de deux ans, le musée des Égouts est donc à nouveau accessible aux curieux à partir de ce jeudi. Si aucun changement notoire n’est à souligner au niveau du contenu du musée, précisons toutefois que le personnel a été augmenté et les horaires ont été élargis.

"Il a fallu 60 personnes pour remettre sur pied ce musée qui était à l’abandon, et que nous avons désormais l’intention de pérenniser", conclut Isabelle Douillet-de Pange.

À l’occasion de cette réouverture, le Manneken-pis enfilera ce jeudi son costume d’égoutier de 13 h à 16 h.

A. F.

Pavillon d’Octroi - Porte d’Anderlecht, 1000 Bruxelles