Bruxelles

La Commission européenne a désigné son lauréat pour la construction de deux tours au 130 rue de la Loi.

La Commission européenne a désigné le bureau d'architecte qui construira deux nouvelles tours de bureaux dans le Quartier européen. La plus grande des deux montera à 165 mètres de haut. Il s'agira de la plus haute tour de bureaux de Bruxelles (sans antenne). Elle dépassera la tour du Midi (150 mètres sans antenne, 168 mètres avec les antennes) et la tour des Finances (145 m sans antenne, 174 m avec). Il s'agit du projet présenté par le consortium Rafael De La-Hoz Arquitectos & Perkins+Will UK Limited.

Ces deux tours s'installeront à hauteur du numéro 130 de la rue de la Loi. Le chantier, d'abord côté chaussée d'Etterbeek puis rue de Spa, débutera en 2025. Il devrait durer une dizaine d'années.

Ce projet fait partie intégrante du Projet urbain Loi (PuL), qui porte "sur la création de 110.000 m² de nouveaux logements, de 60.000 m² de commerces et équipements publics, et de 240.000 m² de nouveaux bureaux", détaille perspective.brussels sur son site web. "Ce PuL doit permettre une diversification fonctionnelle et architecture du Quartier européen, en ligne avec les principes de ville compacte et de développement durable. Il doit permettre une rationalisation de l’implantation de l’Union européenne dans le quartier qui offre un potentiel de reconversion des immeubles qui ne seraient plus occupés par celle-ci."

Plusieurs associations spécialisées en urbanisme dénoncent un projet qui ne correspond plus à la nouvelle vision de Bruxelles. C'est, entre autres, le cas de l'Atelier de recherches et d'actions urbaines (Arau), qui démonte le projet. "Avec ce projet Loi 130, la Commission européenne fait fausse route", assure l'ASBL qui voit ici "un projet monofonctionnel - les 3.000 m² de commerces et les deux crèches prévus sur un total de près de 200.000 m² n’en font pas un projet mixte - sous forme de deux tours de 114 et 165 mètres va à l’encontre des principes d’une ville durable à échelle humaine, en totale déconnexion des réalités du territoire et de l’histoire de Bruxelles." Selon l'Arau, "il est temps pour la Commission européenne de revoir sa stratégie immobilière, qui n’a pas été actualisée depuis plus de 10 ans, si elle veut s’intégrer dans la ville qui l’accueille. La Région doit également prendre ses responsabilités en définissant un cadre stratégique et réglementaire répondant aux besoins de ses habitants et aux défis qu’ils rencontrent."

© © EU, 2019. Project by RAFAEL DE LA-HOZ ARQUITECTOS & Perkins+Will UK Limited