Son visage est familier en Belgique francophone… encore plus avec un bonnet rouge à grelots et une généreuse barbe blanche. Walter de Donder, célèbre interprète du Lutin Plop, revient aujourd’hui sur le devant de la scène flamande, non pas pour ses qualités d’acteur, mais pour ses ambitions politiques.

Bourgmestre CD&V de la commune brabançonne d’Affligem depuis 2011, Walter de Donder a laissé entendre ces dernières heures qu’il pourrait se présenter pour briguer la succession de Joachim Coens, président démissionnaire des démocrates-chrétiens flamands.

"Je ne suis pas encore formellement candidat, mais je suis en train de réfléchir. J'ai encore un peu de temps pour décider", nous confie le mandataire. Mais la concurrence s’annonce rude avec le jeune secrétaire d’État Sammy Mahdi (CD&V), battu de justesse en 2019 et désormais soutenu par nombre de pontes du parti. Face à ce candidat "citadin", de Donder veut incarner la proximité rurale : "au niveau local, le CD&V est le premier parti. Mais on a trop peu écouté la base, les bourgmestres, les mandataires locaux…"

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Walter de Donder tente sa chance. Candidat à la présidence en 2019, il avait autrefois obtenu 16%... mais sa dernière campagne interne avait été bousculée par une polémique à la suite de ses propos sur la migration. Lors d’un meeting, le bourgmestre d’Affligem avait jugé que des quartiers étaient "entièrement dépeuplés de nos propres gens".


Des propos qui, selon le mayeur, ont manqué de contexte : "Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Je voulais parler de l’exode urbain", indique Walter de Donder, qui évoque la "pression" des villes sur les zones périphériques, comme le Vlaamse Rand autour de Bruxelles, qui se retrouvent confrontées "à des problèmes de ville, sans en avoir les moyens".

"Meneer de burgemeester" à la télé puis en vrai

Passer du monde du divertissement à l’arène politique, le saut n’est pas banal. "Je suis encore acteur ! Mais oui, c’est assez rare en Belgique. La politique, ce n’est pas uniquement une affaire d'avocats."

Plus cocasse encore : Walter de Donder jouait dans la mythique émission Samson en Gert le rôle de “Meneer de burgemeester”… un rôle qu’il a finalement endossé, “dans la vraie vie” comme on dit. Une situation qui, dans une certaine mesure, fait penser à celle du président ukrainien Zelensky, qui a forgé sa notoriété en jouant le rôle d’un président dans une série humoristique avant de prendre les rênes du pays.

La fiction, un véritable tremplin à la vie politique ? "C’est vrai que les personnes me reconnaissent, m’abordent plus facilement." Mais revers de la médaille : "les gens prennent parfois les acteurs moins au sérieux. Mais quand on est à la tête d’une commune pendant 10 ans, on peut démontrer le contraire."