Le comité Puccini, en recours contre l’érection de deux antennes 4 G, au 119 de la rue

ANDERLECHT Ne vous fiez pas au couscous dominical du comité de quartier Puccini ! Sous leurs airs festifs, les habitants du coin jouaient surtout la carte de la solidarité. Contre deux antennes Wimax que, sur le toit du 119, en plein quartier résidentiel, l’on érigerait.

“Le 10 septembre, nous avons introduit un recours au collège d’environnement”, transmet Didier Vandenberge, le leader d’une fronde avalisée par 72 signataires. Ingénieur civil, notre interlocuteur se fait un devoir de tracer l’historique de ces antennes de haute puissance que développa l’opérateur américain Clearwire.

Une technologie, note-t-il, “d’une portée de 50 mètres”, que l’armée française exploita mais abandonnée par la maison mère depuis 2006… “Les résultats des études scientifiques de leur impact sur la santé sont alarmants (leucémie, tumeur au cerveau, cancers, troubles cardiaques…)”, rappelle notre hôte, indigné, au passage, de l’imbroglio relatif aux mesures.

En cours d’autorisation, le projet émettrait entre 0,5 et 1,5 volt/m. “Les nouvelles antennes sont équipées de mouchard”, conteste le riverain en ciblant un traficotage dont ses voisins pâtiraient.

Chose rare, l’action de ces habitants de Scheut n’est pas soutenue que par le Syndicat des locataires (“Tout ça pour mettre du 4 G partout, pour surfer en rue ! Est-ce vraiment indispensable ?”, ne décolère pas son secrétaire général, José Garcia).

La commune a, à son tour, mit un avocat sur le coup. Une pure question d’argent, que la volonté de surplomber le 119 Puccini de ces mâts nocifs ? Comment le comprendre autrement ? “Le Wimax suppose un décodeur. À 230 €.”

en savoir plus

Comité de quartier Puccini www.comitepuccini.wix.com/index



© La Dernière Heure 2012