Le prodige anderlechtois Youri Tielemans a rendu visite mercredi à une vingtaine de jeunes de 5e et de 6e primaire.

"Cela fait bizarre de le voir en vrai ! C’est comme si on rencontrait Cristiano Ronaldo", s’exclame Mohamed, 11 ans. "Ou même Messi !", l’interrompt Stamy, 13 ans, qui ajoute : "cela nous fait du bien qu’il vienne nous voir. Cela nous pousse à encore plus jouer avec les autres pour peut-être devenir footballeur plus tard". Ce mercredi, les 20 élèves de 5e et 6e année primaire des écoles communales 9 et 13 n’ont pas caché leur joie à l’heure de rencontrer le footballeur anderlechtois Youri Tielemans.

Depuis deux ans, une vingtaine de jeunes élèves du réseau communal bénéficient chaque mercredi après-midi de cours de football au stade Verbiest. Chaque semaine, ces enfants se font ainsi une joie de jouer au football sur ce terrain situé à côté de la Gare de l’Ouest. Un plaisir qu’ils doivent à la Fondation Constant Vanden Stock, laquelle a mis en place ce système de sport études. Avec un objectif précis : réduire l’absentéisme et le décrochage scolaire, améliorer les résultats des enfants à l’école et leur apprendre la solidarité et le fair-play.

Ce mercredi, les 20 enfants présents à l’entraînement ont eu droit à une surprise de taille : la visite de Youri Tielemans. Le footballeur du Sporting d’Anderlecht leur a distribué une photo le montrant lui et son nouveau coéquipier Badji, puis a répondu à leurs questions pendant de longues minutes.

"On va mettre la photo dans notre chambre !", expliquent, avec un grand sourire, Asma, Jihen, Nisrine et Célestine. "Moi, j’en ai même demandé une deuxième pour mon frère", explique, fièrement Nisrine, 10 ans. Même si son joueur préféré reste de loin Steven Defour (NdlR : un autre joueur du Sporting d’Anderlecht), Joey, 13 ans, mettra lui aussi la photo dédicacée dans sa chambre. "Mais j’aurais quand même préféré Defour", ajoute-t-il encore.

Il est 14 h et il est déjà l’heure pour le jeune prodige anderlechtois de quitter le stade Verbiest, pour d’autres obligations. Celui-ci laisse alors des jeunes les étoiles plein les yeux. "On espère être footballeuses plus tard !", s’exclament en chœur, les cinq filles du groupe.

La commune ravie du partenariat avec la Fondation Constant Vanden Stock

"C’est une belle initiative à laquelle nous n’avons pas hésité à collaborer. La Fondation fournit le matériel, les équipements et met à disposition un entraîneur. Nous, de notre côté, on fournit le terrain (NDLR : le stade Verbiest) et on charge un éducateur de les encadrer durant le trajet de l’école au terrain, mais également pendant les entraînements", explique la bourgmestre molenbeekoise Françoise Schepmans (MR). Du côté de la commune, on se dit donc ravi du projet dont bénéficient cette année deux écoles communales à discrimination positive (les 9 et 13). "J’ai été chercher les enfants à midi à l’école et ils étaient littéralement surexcités. Et là, alors qu’ils s’entraînent, ils sont tellement concentrés et silencieux", constate Gaston Impens, de la cellule pédagogique de Molenbeek.