Bruxelles

Yvan Mayeur est à la barre du cargo Bruxelles-Ville depuis moins d’un an. Il soufflera à la mi-décembre sa première bougie de bourgmestre. Et au regard de cette quasi année écoulée, on ne pourra pas accuser le socialiste de s’être tourné les pouces.

Il met rapidement en chantier une série d’importantes réformes : réorganisation de la police locale, construction de nouveaux commissariats et bien sûr son bébé, censé marquer l’histoire, le vaste piétonnier des boulevards du centre. Son ambition, "sa mégalomanie", souffle-t-on dans les rangs de l’opposition, trouve un allié idéal en la personne de son premier échevin MR, Alain Courtois, aussi avide de faire rayonner Bruxelles sur l’échiquier international avec son grand stade.

À découvrir dans notre Edition Abonnés (seulement 4.83€ par mois).