La charge de travail des policiers de cette zone aurait augmenté de "100 %"

La zone de police Bruxelles Midi - Anderlecht, Forest et Saint-Gilles - accuse "un retard de 30 à 35 %" dans l’encodage de ses procès-verbaux dans la Banque de données Nationale Générale (BNG).

Autrement dit : un PV sur trois n’a pu être encodé par les intervenants ces derniers mois à temps, c’est-à-dire dans un délai théorique de "maximum trois semaines" à compter de la constatation de l’infraction/du délit.

L’objectif est ainsi de permettre à tous les policiers du pays de croiser quasi en temps réel leurs infos - grâce à cette BNG - pour lutter contre la criminalité : un même criminel opérant rarement à tous les coups au même endroit.

Potentielle conséquence parmi d’autres : un individu qui cambriole une maison à Anderlecht et dont le véhicule chargé des objets volés est contrôlé à Namur a toutes ses chances de passer entre les mailles du filet vu que les policiers de là-bas ne sauront pas que ces objets ont été volés.

Renseignement pris auprès de la zone de police Bruxelles Midi, on ne souhaite en tous les cas pas s’étendre sur la question. On nous répond : "Pas de commentaires" ! Il va pourtant falloir analyser les raisons d’un tel retard d’encodage et prendre en urgence des mesures pour parvenir à le résorber.

D’après le conseiller de police Alain Kestemont (FDF) interrogé à ce propos : "Il est certain que nos policiers de terrain font plus que correctement leur travail, mais que l’organisation en interne dérape sérieusement. Je constate qu’il s’agit d’une énième carence dans la gestion de la zone par sa direction."

Et d’insister : "Si on ne donne pas le temps à nos policiers d’assurer les suites de leurs interventions, c’est parce qu’il y a trop peu d’effectifs ou parce que les faits délictueux ont augmenté. Le cadre du personnel n’a pas été revu depuis 2002, la population de nos communes a augmenté de 20 % et les interventions de nos policiers ont augmenté de 100 %".

D. Ha.