Centre: le bien-être animal ne préoccupe pas toutes les communes

La Louvière, Soignies et Braine-le-Comte sont les bons élèves

E. Brl.
Centre: le bien-être animal ne préoccupe pas toutes les communes
©FAHY

La Louvière, Soignies et Braine-le-Comte sont les bons élèves

Les élections approchent et si de nombreux candidats mettent en avant leurs ambitions en matière de sécurité, de mobilité, d’emploi ou encore de cadre de vie, ils sont également nombreux mener campagne pour le bien-être animal. Serait-ce donc le nouveau thème de campagne à la mode ? Il est vrai que ces derniers mois, quelques avancées notables ont été constatées en matière de bien-être animal.

Mais certains villes et communes sont encore loin du compte. C’est en tout cas ce qu’il ressort de l’analyse du site www.jevoteanimaux.be, lancé par Gaïa (Groupe d’Action dans l’Intérêt des Animaux). À l’approche du scrutin, l’association a souhaité, via ce site, « informer les citoyens et leur permettre de voter de manière éclairée afin d’aider au mieux les animaux. » L’enquête n’a donc rien de scientifique : elle se base sur les informations fournies par les administrations.

Dans la région du Centre, La Louvière fait clairement figure de bon élève en atteignant une moyenne de 73%. L’enquête, remplie par Jean Godin (PS), échevin en charge du bien-être animal, souligne l’existence d’une police des animaux, la disponibilité de budgets pour la gestion des chats errants et une gestion douce des pigeons et indique que la présence d’animaux de compagnie dans les logements sociaux et les maisons de repos est autorisée. La vente d’animaux de compagnie est par ailleurs interdite, tout comme les manèges à poneys.

Quelques lacunes pourront être comblées à l’avenir, assez simplement, via l’attribution de subsides pour la stérilisation des chats domestiques et des chats errant, l’interdiction de feux d’artifices communaux ou encore la création de zone sans laisse pour les chiens. Soignies (70%) arrive en seconde position, suivie par Braine-le-Comte avec un résultat de 61%. Les lacunes concernent l’absence de police des animaux, l’interdiction du nourrissage des chats errants ou encore l’absence de zone sans laisse pour les chiens.

Chapelle-lez-Herlaimont figure en quatrième place avec un score de 58%. Morlanwelz (57%), Seneffe (56%), Ecaussinnes (52%), Le Roeulx (43%), Manage (32%) et Binche (31%) complètent la liste. Pour cette dernière commune, Gaïa déplore le manque de subsides pour la stérilisation des chats domestiques, l’interdiction de nourrissage des chats errants, l’autorisation de tirs de feux d’artifice communaux et privés, l’absence d’une police des animaux et d’un échevin du bien-être animal. La commune d’Estinnes n’a quant à elle pas répondu à l’enquête.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be