Meurtre de Jacques Hermail : La défense de Jymmi Durieux plaidera la non-assistance à personne en danger

Trois marginaux sont accusés du meurtre de Jacques Hermail, brûlé vif après avoir été tabassé.

Meurtre de Jacques Hermail : La défense de Jymmi Durieux plaidera la non-assistance à personne en danger
©BELGA

Les avocats de Jymmi Durieux et de Gérard Dujardin, accusés du meurtre de Jacques Hermail, en compagnie de Michaël Liégeois, ont rédigé un acte de défense qu'ils ont déposé, et lu, devant la cour d'assises du Hainaut, ce vendredi matin. Les avocats de Jymmi Durieux contestent l'intention d'homicide et désirent poser la question de la non-assistance à personne en danger, initialement retenue par le juge d'instruction et défendue par l'accusation lors de la procédure.

Selon Me Ricardo Bruno et Me Pol Descamps, Jymmi Durieux n'avait aucun intérêt à tuer Jacques Hermail, un homme qui l'hébergeait, ce qui lui permettait d'avoir un toit pour voir sa fille. "Jymmi Durieux soutiendra toujours que Jacques Hermail n'avait strictement rien dit ou fait pour mériter le traitement funeste qui lui sera malheureusement réservé le 1er février 2020", ont déclaré ses avocats.

La défense estime que les constatations scientifiques prouvent que Jymmi dit la vérité quand il déclare qu'il a versé le contenu d'un seau d'eau usé sur la victime pour éteindre les flammes. Elle rappelle que c'est Jymmi Durieux qui a appelé les secours, certes un peu tard, et qu'il a prodigué les premiers soins à la victime, écoutant les instructions des secouristes.

Enfin, la défense de Jymmi Durieux estime qu'il existe des éléments objectifs qui invalident l'hypothèse des enquêteurs, selon lesquels Jacques Hermail aurait été enfermé chez lui après le départ des accusés.

Jymmi Durieux a été placé sous mandat d'arrêt le 3 février 2020 et inculpé de non-assistance à personne en danger. Dans la foulée, il a été inculpé pour participation à un meurtre, mais cette inculpation a été invalidée par la cour de cassation en raison d'une erreur matérielle. Le 16 décembre 2021, le procureur général a requis son renvoi aux assises pour non-assistance à personne en danger. Toutefois, le 18 janvier 2022, la chambre des mises en accusation le renvoyait devant les assises pour participation à un meurtre, estimant qu'il existait des charges suffisantes.

La défense conteste l'intention d'homicide et pose la question de non-assistance à personne en danger, reconnaissant que Jymmi Durieux a tardé à appeler les secours. L'accusation ne s'y oppose pas, estimant que le débat est ouvert. Me Marion de Nanteuil, pour la défense de Gérard Dujardin, estime que son client n'avait aucune raison de s'en prendre à Jacques Hermail. L'intention de tuer est contestée.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be