Drame de Strépy: Paolo, le chauffard, reste en prison malgré la demande de bracelet électronique

Paolo F. va rester en prison et pourrait être poursuivi pour meurtre.

Drame de Strépy: Paolo, le chauffard, reste en prison malgré la demande de bracelet électronique
©D.R.

Nouveau rebondissement dans l’affaire du drame de Strépy-Bracquegnies où le chauffard, Paolo F., est maintenu en prison. La chambre des mises en accusation de Mons vient en effet de prendre cette décision à l'égard du chauffard, responsable de la mort de six personnes et d'une trentaine de blessés.

Sa condamnation pourrait également être revue. Alors qu'il était poursuivi pour homicide involontaire et coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort dans le cadre d'un accident de la route, certaines de ces accusations pourraient être requalifiées en "volontaires". Les éléments actuels de l'enquête ne permettent néanmoins pas de statuer sur cette possibilité pour le moment. De nombreuses expertises et auditions de victimes doivent en effet encore avoir lieu.

Pour rappel, il y a une semaine, la chambre du conseil de Tournai avait décidé de poursuivre la détention préventive de Paolo F. sous bracelet électronique. Une demande formulée par le conseil de l'inculpé, Frank Discepoli. Le parquet avait cependant fait appel de cette décision, ce qui a prolongé le séjour en prison de Paolo F. dans le cadre du mandat d'arrêt délivré le 22 mars. La chambre des mises en accusation vient à présent de confirmer le maintien derrière les barreaux. Cette dernière a jugé qu'un bracelet électronique ne serait pas suffisant pour garantir la sécurité de la population. Paolo F. restera donc encore deux mois en prison avant qu'une nouvelle décision soit prise.

Une décision que ne comprend pas l'avocat de Paolo F., Maître Discepoli. "Je peux comprendre que différentes juridictions puissent avoir un jugement différent. Je ne comprends néanmoins pas en quoi mon client peut constituer un danger tant il resterait chez-lui et ne serait plus en possession de son permis de conduire", indique-t-il. "L'incompréhension réside surtout dans la demande de requalification des accusations. Je ne comprends pas comment après trois mois l'on peut penser que mon client avait une intention de tuer avant de commettre les faits."

Des victimes soulagées

Pour les victimes, ce maintien en détention est synonyme de soulagement. "Mes clients ont le sentiment que leur vie sentimentale s'est arrêtée au moment du drame. La décision de maintenir le chauffard en détention est donc un énorme soulagement pour eux", confie Maître Gelay, avocat de la famille Imperiale. "Il est très difficile pour eux de vivre au rythme des informations relayées par les médias et des déclarations de l'avocat du chauffard. L'idée que ce dernier soit remis en liberté sous bracelet électronique était donc insoutenable. Ils sont donc soulagés que la justice ait pris cette décision."

La famille va désormais se porter partie civile. Leur avocat aura donc accès au dossier d'ici un mois et plaidera en la faveur d'une requalification des accusations d'involontaires à volontaires. Les enjeux sont en effet énormes puisque si la requalification est actée par la justice, Paolo F. ne risquerait plus cinq ans d'emprisonnement maximum mais bien 30. "Nous attendrons d'être partie prenante pour se battre en ce sens", conclut Maître Gelay.

Drame de Strépy: Paolo, le chauffard, reste en prison malgré la demande de bracelet électronique
©D.R.

Le 20 mars dernier, jour du carnaval de Strépy-Braquegnies, le conducteur était rentré avec sa voiture dans le cortège du carnaval au petit matin, tuant six personnes et en blessant une trentaine d'autres.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be