Saint-Vaast : 1,2 mètre d’eau et de pommes de terre dans la cave de l’asbl On St Vaast au jardin

Tout le matériel scolaire de l’asbl est bon à jeter.

F.D.

Les fortes pluies tombées ces dernières semaines, notamment dans la région du Centre, ont fait des dégâts. C’est le cas à Saint-Vaast où l’asbl On St Vaast au jardin a vu l’eau s’infiltrer par les canalisations pour atteindre une hauteur d’1,2 mètre. Le matériel scolaire de l’asbl est désormais bon à jeter, compromettant les activités du mois de juin de l’association. Comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, les assurances refusent de considérer ces inondations comme des catastrophes naturelles mais bien comme des simples pluies ne permettant pas à l’asbl et aux riverains de voir les dégâts remboursés dans leur totalité.

Ce n’est pas la première fois que le village est sujet à des inondations. Les fortes averses ne sont pas les seules responsables de ces événements bien malencontreux pour les riverains. Un fermier peu scrupuleux ne semble pas daigner à modifier l’aménagement de ses champs provoquant rapidement des coulées de boue lors de fortes pluies.

"Un champ est situé en amont du village. Lors des fortes pluies de ces dernières semaines, de l'argile a dévalé vers le village provoquant des inondations d'au moins 30 à 40 centimètres dans les caves des habitations", indique Mélissa Provyn, responsable de l'asbl On St Vaast au jardin. "Hier, nous avons intenté des actions envers le fermier pour lui demander de faire un fossé en bordure de champ. Ces événements sont beaucoup trop récurrents."

Au-delà de la pénibilité pour les riverains, les dégâts sont également importants. "Tout notre matériel scolaire est foutu ne nous permettant plus d'exercer pendant le mois de juin", poursuit Mélissa Provyn. "Nous allons tenter d'organiser des activités pour faire rentrer des fonds. Avant cela nous devons d'abord tout nettoyer."

Saint-Vaast : 1,2 mètre d’eau et de pommes de terre dans la cave de l’asbl On St Vaast au jardin
©D.R.

Une rencontre a en effet eu lieu avec les assurances ce mercredi permettant désormais à Mélissa et ses équipes de tout nettoyer mais leur travail ne sera pas simple. En plus de la boue et de l’argile, des pommes de terre ont également pénétré dans sa cave.

Les riverains se sont également réunis afin de constituer un relai de quartier. Ils ont ainsi pu en savoir plus sur la procédure d'urgence, à suivre lorsque de tels événements se produisent. Un dialogue avec la Ville va également se faire par groupe de soutien. Cette dernière a d'ailleurs posé des ballots de pailles en bordure de champ pour tenter d'atténuer les risques d'inondations lors des prochaines pluies. "La Ville a vraiment instauré un dialogue et tente de trouver des solutions. Malheureusement, nous ne pouvons pas en dire autant de l'agriculteur qui ne semble pas enclin au dialogue", conclut Mélissa Provyn.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be