Récollets à Binche: la ministre suspend l'arrêté de démolition de l'ancienne église

Elle propose également une solution pérenne pour garantir la stabilité du monument classé.

U.P.
Récollets à Binche: la ministre suspend l'arrêté de démolition de l'ancienne église
©U.P.

Retournement de situation dans le dossier de l'ancienne église des Récollets ! Alors que la Ville de Binche avait annoncé, quatre jours après l'incendie, que la démolition de l'édifice était la seule option possible, suivant un critère technico-financier, pour garantir la sécurité publique, la ministre wallonne du Patrimoine Valérie De Bue vient de faire savoir qu'elle s'opposait à la destruction de l'édifice.

Comme l’édifice est classé depuis 1976, la Ville de Binche devait notifier la ministre De Bue de son arrêté de démolition, ce qui fut fait le 17 juin dernier. Pour suspendre l’arrêté de démolition, la Ministre du Patrimoine s’est basée sur l’examen de trois rapports d’expertise. Celui commandité par la Ville auprès du bureau d’analyse Trièdre tout d’abord. Puis, celui de la Commission Royale des Monuments, Sites et Fouilles (CRMSF), qui s’était proposée.

"Les conclusions du rapport de la CRMSF portant sur la stabilité de l'édifice et rédigées par plusieurs ingénieurs se sont révélées très éloignées de celles de l'étude commandée par la Ville de Binche », a indiqué la ministre De Bue dans un communiqué. Afin de prendre la décision la plus objective possible, la Ministre du Patrimoine a souhaité qu'une expertise complémentaire puisse se réaliser en urgence afin de pouvoir évaluer les différentes alternatives, au regard à la fois de la sécurité publique et de la pérennisation de notre patrimoine." Cette expertise complémentaire a été réalisée par le bureau Servais Engineering Architectural, le 25 juin 2022. Ses conclusions confortent celles de la CRMSF.

"L'église est sans toiture, mais cela n'a pas d'incidence sur la stabilité d'ensemble à court terme. Seule la charpente a disparu, mais les voûtes, arcs doubleaux, tirants métalliques et murs gouttereaux sont quasi intacts… Le calcul statique démontre la stabilité de l'ouvrage, et cela avec les coefficients de sécurité classiques. Le calcul démontre également la stabilité de l'ouvrage sous vent", lit-on dans ce rapport.

Considérant qu'il existe d'autres alternatives et qu'une solution technico-économique ne peut justifier seule une décision de démolition en matière patrimoniale ; que "la stabilité de l'édifice est assurée et qu'il y a lieu, pour conserver cette stabilité, de couvrir le bâtiment afin d'éviter des dégâts ultérieurs" selon le rapport de la CRMSF, que les premières mesures de la Ville permettent d'enlever les éléments dangereux risquant de chuter (reste de charpente, corniche..), et que l'intérieur a été préservé des flammes et de l'eau, la ministre a décidé de suspendre l'arrêté, conformément à l'article 26 du Code du Patrimoine.

Une toiture métallique pour pérenniser l'édifice

Pour assurer la sécurité à long terme, la Ministre propose de recourir aux travaux recommandés par les différents experts, à savoir la construction d'une toiture métallique "sur une poutre de ceinture en béton installée sur la tête du mur actuel."

Une solution qui permettra "de garantir la stabilité de l'édifice sur le long terme tout en laissant une voirie libre et sans entraves" et d'offrir une seconde chance à l'église des Récollets. "La Ministre invite d'ailleurs les propriétaires ainsi que tous les acteurs à soutenir, dans le futur, toute initiative qui permettrait à l'église des Récollets d'être au cœur d'un projet pérenne et qui s'insère dans la société."

Et cela ne coûterait pas plus cher à la Ville de Binche : la ministre propose à la Ville que la Région intervienne à hauteur de 50 % dans la réalisation de ces travaux en soutenant des mesures d’urgence conformément au Code du Patrimoine. Le coût de cette toiture, de la ceinture en béton et de la stabilisation du pignon est évalué à 300.000 euros environ.

"L'intervention de la Région s'élevant à 50 %, la Ville de Binche ne dépasserait donc pas le budget qu'elle s'était fixée pour la démolition de l'église", conclut la ministre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be