Seneffe : Suspicion de fraude à la carte essence au sein de l’administration communale

L’ampleur du préjudice n’est pas encore déterminée. L'enquête suit son cours.

F.D.
Seneffe : Suspicion de fraude à la carte essence au sein de l’administration communale
©BELGA

La hausse des prix du carburant aurait-elle provoqué des envies de fraude du côté du personnel communal de Seneffe ? A en croire les dernières révélations de nos confrères d'Antenne Centre, tout porte à croire que des fraudes ont bel et bien eu lieu au sein de la commune. La bourgmestre, Bénédicte Poll, a d’ailleurs déposé une plainte, à la mi-mars, contre des membres du personnel ouvrier pour usage abusif de la carte de carburant. Une consommation supérieure à la capacité maximale du réservoir aurait notamment été constatée.

Une information qui n'a pas manqué de faire réagir les conseillers communaux et notamment Michaël Carpin. "Nous apprenons par la presse que la bourgmestre de Seneffe a déposé une plainte mi-mars contre des membres de son personnel. C'est seulement à la mi-juin que le conseil communal est averti. Trois mois plus tard, pour une bourgmestre qui annonce "une gestion transparente" dans sa déclaration de politique générale, ça pose question !", s'exclame Michaël Crespin, conseiller communal PS.

"En mai, nous avons voté le compte 2021, le collège était déjà au courant du problème et n'en a pas fait état lors du conseil communal, ça pose de nouveau question dans la transparence vis-à-vis des membres du conseil communal. Je ferai appel au Ministre de Tutelle pour dénoncer cette tentative d'étouffer l'affaire dans le chef du collège. Pire encore, dans sa réponse à mon interpellation, Bénédicte Poll annonce que l'enquête dans les services est en cours depuis décembre 2021, pourquoi les abus ont-ils continué jusqu'en avril 2022 au moins ?", se questionne-t-il.

Pour le conseiller communal, il est clair que les responsables doivent être punis sévèrement peu importe leur poste au sein de l’administration. Si cette annonce fait réagir autant c’est aussi parce que la commune n’en est pas à son coup d’essai en matière de fraude. Seneffe a en effet déjà connu des détournements pour plus de 400 000 euros entre 2010 et 2014.

Depuis les dernières annonces faites par nos confrères d'Antenne Centre, les langues se délient. "Je reçois des informations de toutes parts que je prends avec beaucoup de prudence. On m'affirme que certains ouvriers emprunteraient du matériel à leurs propres fins, qu'un tracteur a disparu pendant de longs mois, qu'un système de type maffieux serait organisé au service travaux etc. Je veux faire taire ces rumeurs et ne peux les croire, mais il faut le démontrer pour que chacun retrouve le chemin du travail avec sérénité", ajoute Michaël Carpin.

Après les détournements effectués entre 2010 et 2014 par le directeur financier, la commune de Seneffe voulait passer à autre chose avec sa nouvelle directrice financière. "Nous avons une nouvelle directrice financière depuis 2016. Toute une série de nouvelles procédures ont été mises en place avec elle à commencer par le service Finances", indique Bénédicte Poll, bourgmestre de Seneffe. "Toute une division du travail a été mise en place pour que, sur chaque dossier, il y est au moins deux intervenants. La personne qui dépouille les extraits de compte n'est donc plus la même que celle qui signe les virements. Les procédures de bons de commande et de marchés ont été affinées. Un contrôle des caisses et des stocks de la buvette est réalisé. De nombreuses autres procédures ont également vu le jour mais il reste en effet du travail."

Dans le cadre de ce travail justement, au mois de décembre, au moment de jeter un œil sur l'impact de la hausse du coût de l'essence sur les véhicules communaux, la bourgmestre s'est réunie avec la directrice générale et financière afin d'analyser plus en détail la consommation des véhicules. La directrice des services Travaux s'est rapidement jointe à elles. "De décembre à février, nous avons fait une analyse plus approfondie, véhicule par véhicule. Nous avons alors remarqué que certains pleins dépassaient la limite du réservoir et que deux pleins avaient parfois été effectués dans un très court laps de temps. Les tondeuses doivent également recevoir de l'essence mais ne bénéficient pas de carte ce qui peut peut-être expliquer certaines dépenses."

Pour pouvoir clarifier la situation, les images des caméras de surveillance de la pompe à essence ont été visionnées. Suite à cela, une plainte a bel et bien été déposée par Bénédicte Poll. L’enquête de police suit d’ailleurs son cours et a été transmise au parquet. Les auditions se poursuivent désormais. La commune a également demandé un accès au dossier et compte bien sanctionner les escrocs lorsqu’ils seront identifiés.

En ce qui concerne le manque de transparence, reproché par le conseiller communal Michaël Carpin, Bénédicte Poll se défend. "Notre volonté était de prendre au sérieux cette affaire. Pour le bien de l'enquête, il n'était donc pas utile de tout dévoiler sur la place publique. Nous allons désormais attendre d'avoir accès au dossier pour pouvoir prendre les mesures adéquates contre les responsables de ces fraudes", explique-t-elle.

A ce stade, l’ampleur du préjudice n’est pas encore connue.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be