La Louvière : une résolution judiciaire du projet Strada entérinée un an après avoir signifié sa caducité

Un point à l’ordre du jour du conseil communal qui n’a pas manqué de faire réagir l’opposition.

F.D.
La Louvière : une résolution judiciaire du projet Strada entérinée un an après avoir signifié sa caducité
©D.R.

Le dossier Strada refait parler de lui à La Louvière. Le conseil communal de ce mardi a en effet été invité à entériner une résolution judiciaire du projet, un an après avoir signifié la caducité. Pour rappel, la saga se poursuit devant les tribunaux depuis que le promoteur immobilier, Wilhelm&Co, conteste la caducité du contrat, déclaré unilatéralement par son partenaire, à savoir la ville de La Louvière. Le tribunal civil du Hainaut avait dès lors fixé le calendrier judiciaire qui prévoit une audience en octobre de cette année pour les plaidoiries des deux parties. Le tribunal devra ensuite rendre une décision, qui pourrait être contestée par l’une ou l’autre partie devant une juridiction d’appel.

Le dossier est donc loin d'être entériné et les enjeux pour les deux parties sont majeurs. Alors que le bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert, se disait confiant au début de cet affrontement, cela semble être beaucoup moins le cas depuis lors… "La majorité (contre l'opposition) a voté le 26 avril 2021 le constat de caducité et s'est réservée la possibilité de résoudre le marché", indique Xavier Papier, conseiller communal (Plus). "La majorité nous dit, en se rendant compte que le promoteur pouvait geler les terrains, et même s'en porter acquéreur, que la Ville demandait la résolution judiciaire du marché. Il apparait clairement, que le collège devait demander l'autorisation préalable du conseil avant d'intenter la demande en justice qu'est la résolution aux torts de la société Wihlco. Il est scandaleux que le collège revienne devant le conseil plus d'un an après pour lui demander de porter avec lui la responsabilité de cette erreur."

Pour le conseiller communal, il est clair qu'en votant ce point plus d'un an après, la Ville avoue à la partie adverse qu'elle avait tort. "Quelle cour ira maintenant accepter qu'un conseil ait voté validement plus d'un an après un acte posé par le collège alors que celui-ci devait lui demander son approbation avant ?", se questionne-t-il. "Ce sont nos avocats qui auraient dû être présents ce mardi, comme pour la caducité, pour nous assurer de ce qui devait être fait et nous informer des tenants et des aboutissants."

Si ce manquement entraîne la colère des conseillers, c’est aussi parce que plus de 60 millions d’euros sont en jeu dans cette affaire. Le promoteur s'était en effet engagé à aller devant les tribunaux afin de solliciter, au moins dans un premier temps, l'interdiction de développer d'autres projets, avec d'autres auteurs, sur le site de la Strada. Dans un second temps, d'importantes indemnités seront réclamées. Le groupe Wilhco a en effet déjà investi 14 millions d'euros et entend en réclamer des dizaines d'autres afin de couvrir le manque à gagner si le projet ne voyait pas le jour.

Le dossier Strada est donc loin d’être bouclé. Il faudra attendre que la justice se prononce avant que les Louviérois puissent être fixés sur leur sort.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be