Un nouveau projet immobilier décrié dans le quartier Bel Air d’Ecaussinnes

43 réclamations ont été portées par des citoyens.

F.D.
Un nouveau projet immobilier décrié dans le quartier Bel Air d’Ecaussinnes
©BELGA

Ce lundi 27 juin, après un premier report motivé par le bourgmestre "pour sécurité juridique"en cours de séance au mois d'avril, le conseil communal d'Ecaussinnes a examiné la demande du promoteur IMOGES de modifier une voirie pour ériger un lotissement de 48 appartements et 6 maisons unifamiliales à la rue Bel Air. Comme souvent lors de projets immobiliers majeurs, de nombreux citoyens s'y sont opposés. Il n'en fallait pas tant pour faire réagir l'opposition écaussinnoise.

Si l’opposition a décidé de s’en mêler, c’est aussi parce qu'elle doute de l’impartialité de l’administration communale dans le dossier. Le promoteur immobilier qui sollicite une modification de voirie pour son nouveau projet de 54 logements n’est autre qu’un sponsor et le trésorier d’une ASBL gérée notamment par le bourgmestre, Xavier Dupont, et l’échevine Véronique Sgallari.

"La tutelle m'a confirmé que la question de l'impartialité du Collège pourrait être mise en cause en vertu de l'article 245 du Code pénal, si un riverain était amené à déposer une plainte à la police ou au parquet et qu'il s'avérait qu'il y a un possible mélange des intérêts privés et des enjeux politiques. La sérénité des débats et la sagesse voudraient que les personnes qui font partie de cette ASBL -aussi louables soient les activités de cette dernière- ne participent pas au vote qui a eu lieu ce lundi", indique Sébastien Deschamps. "J'exige la transparence face à ce qui pourrait être perçu comme des échanges de bons procédés entre amis."

Sur le fond du dossier, des problèmes surviennent également. Pas moins de 43 réclamations motivées de riverains ont en effet été émises lors de l’enquête publique.

L'échevin des Travaux, Arnaud Guérard, en dit plus sur le projet immobilier. "Une demande de permis d'urbanisme a été faite afin de créer six logements et un immeuble de 48 appartements. Une connexion entre la rue Bel Air et le lotissement du même nom est également demandée afin de desservir les lotissements du projet. Cette connexion se base sur les objectifs du décret voirie. Le projet n'est peut-être pas celui que l'on aurait souhaité voir à cet endroit-là mais il faut bien se rendre à l'évidence et avoir une vision pragmatique sur ce qui pourrait arriver sur le terrain si nous adoptions la stratégie de tout refuser en bloc."

Il a ensuite tenu à répondre aux remarques de Sébastien Deschamps. "Je suis un peu étonné de ses remarques", explique-t-il. "Le collège communal a déjà montré à plusieurs reprises qu'il refusait les projets inadaptés. Nous allons ensuite défendre notre point de vue auprès du ministre et obtenons gain de cause lorsque c'est nécessaire. Dans le cas présent, le projet respecte toute une série de critères et se base également sur des décisions antérieures. Il est donc tout-à-fait recevable. En ce qui concerne les accusations de collusion avec le promoteur, je peux assurer que chaque dossier est traité objectivement. Dans ce cas-ci, nous avons encore repoussé le débat en séance pour obtenir des informations complémentaires. Le projet a également été conditionné très largement d'une qualité d'équipements de voirie qui deviendront la norme. Ces accusations n'ont donc pas lieu d'être."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be