"Paolo Falzone a eu un comportement s’apparentant à celui d’un meurtrier": le frère d'une victime du drame de Strépy satisfait de voir le chauffard rester en prison

Suite à la décision de conserver Paolo Falzone en prison et de maintenir la qualification de meurtre de son frère Fred, Gregory D’Andrea réagit. De son côté, l'auteur des faits continue de nier le caractère volontaire de son acte.

K.M.
"Paolo Falzone a eu un comportement s’apparentant à celui d’un meurtrier": le frère d'une victime du drame de Strépy satisfait de voir le chauffard rester en prison
©Chris Sallendre

Ce jeudi, la Chambre des Mises en Accusation de Mons a confirmé la détention en prison de Paolo Falzone, l'auteur du drame de Strépy qui a coûté la vie à 6 personnes, qui continue à nier le caractère volontaire de son acte. Le juge a également confirmé la qualification en meurtre pour l'une des victimes à savoir Fred D'Andrea dont le frère Grégory a accepté de réagir à cette décision. "Nous sommes soulagés qu'il reste en prison mais honnêtement, nous nous attendons à ce qu'il soit libéré un jour, en tout cas mis sous bracelet électronique, mais le principal est qu'il reste inculpé de meurtre", nous a confié le frère de Fred D'Andrea, gille dans la société des Boute-en-Train de Strépy-Bracquegnies et décédé le 20 mars dernier. "Cela dit, on voudrait qu'il soit inculpé non seulement pour le meurtre de mon frère mais aussi pour celui des autres victimes."

Paolo Falzone, via son conseil Me Gwennaëlle Bombart, collaboratrice de Me Discepoli, ne l'entend pas de cette oreille. "Monsieur Falzone continue de contester farouchement le caractère volontaire et intentionnel de son acte", a confirmé l'avocate. "il n'avait pas l'intention de tuer qui que ce soit cette nuit-là Pour lui, cela reste un malheureux accident."

Pour la famille de Fred D'Andrea, cet argument ne tient pas complètement la route. "Le premier impact pourrait être qualifié d'accident, à la limite. Mais sur certaines vidéos parues dans les médias, on voit clairement le conducteur du véhicule freiner puis accélérer, faire tomber le corps de mon frère sur la route et puis rouler dessus. Peut-être, je dis bien peut-être, que s'il n'avait pas accéléré de nouveau, mon frère serait toujours en vie… Et après ce second impact, il a encore roulé quelques centaines de mètres avec le corps de deux personnes dans son habitacle. Selon moi, ce genre de comportement n'est pas normal et s'apparente à celui d'un meurtrier", continue Grégory D'Andrea. "L'argument selon lequel il n'y avait pas de panneau indiquant une quelconque fête locale ne tient pas non plus la route car à la vitesse où il roulait (le chiffre de 140 km/h a notamment été évoqué, NDLR), c'était sur une autoroute allemande qu'il circulait et non une petite rue en agglomération."

Concernant la surveillance par bracelet électronique, la défense continuera de la réclamer. "Il est important de souligner que, même si la personne ne se trouve pas en prison à proprement parler, cela reste de la détention", explique Me Bombart. "L'enquête continue d'avancer et nous estimons que 5 mois de détention provisoire constituent une exception dans ce type d'affaire. Des mesures d'éloignement par rapport aux familles des victimes seraient prises en cas de mise sous bracelet électronique."

Dans deux mois, Paolo Falzone comparaîtra de nouveau devant la Chambre des Mises en Accusation. L’enquête est ainsi toujours en cours à charge comme à décharge de l’auteur des faits ce qui pourrait donc faire évoluer l’affaire dans un sens comme dans l’autre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be