La première partie de la passerelle cyclo-piétonne d'Arquennes a été posée

Depuis ce lundi matin, les habitués des promenades le long du vieux canal du côté d'Arquennes peuvent constater un changement dans le paysage. La pose de la première partie de de la passerelle cyclo-piétonne d'Arquennes a ainsi été effectuée.

Th.D.
La première partie de la passerelle cyclo-piétonne d'Arquennes a été posée
©Commune de Seneffe

Après l'inauguration du tronçon de RAVel entre Seneffe et Ronquières qui a eu lieu la semaine dernière, ce lundi matin avait lieu le placement de la première partie de la passerelle cyclo-piétonne qui traverse le vieux canal cette fois, à Arquennes. Plus précisément, le nouvel ouvrage sera situé au niveau de l'ancien viaduc ferroviaire dont les piles et culées ont été restaurées par le SPW.

La passerelle en elle-même sera constituée d'acier auto-patinable et sera recouverte d'un platelage en bois. Elle sera d'une longueur de 55 mètre et d'une largeur de quatre mètres de manière à permettre la libre circulation à la fois des piétons et des cyclistes qui l'emprunteront. "Cet aménagement est essentiel pour l'usage de la mobilité douce à Seneffe car, à terme, elle permettra de relier Seneffe à Nivelles en toute sécurité à vélo", nous explique Nicolas Dujardin, échevin de la Mobilité Douce à Seneffe. "La ligne 141 version RAVel entre les deux communes existe déjà mais jusqu'à présent, ses utilisateurs devaient la quitter à un moment donné pour traverser le village d'Arquennes. Une fois la passerelle en service, ils pourront l'utiliser enligne droite et de façon totalement sécurisée."

C'est en décembre 2017 que le Collège communal a confié, après concours, au bureau d’études Greisch la mission de concevoir la nouvelle passerelle métallique pour l’aménagement de la liaison cyclo-piétonne du RAVel.

Afin de respecter l’ouvrage original et s’intégrer dans ce merveilleux site, l’esquisse développée lors du concours traduit une structure contemporaine en treillis et résille métallique, dont les mailles rappellent les caractéristiques de l’ancien pont ferroviaire. Les matières utilisées (structure en acier Corten et platelage en bois exotique) offrent une excellente tenue dans le temps, limitant ainsi les coûts et besoins d’entretien.

La Commune a reçu, pour ce dossier, un fameux coup de pouce régional. Elle a ainsi obtenu un subside en mobilité douce de 100.000 euros, auquel est venu s’adjoindre la prise en charge, par le SPW, de l’entretien et de la restauration des culées et de la pilée centrale. Le coût de l’opération est estimé à 335.170 euros. Le SPW prendra ainsi en charge l’entretien et la restauration des culées et de la pilée centrale.

Il faudra cela dit attendre encore un peu pour pouvoir l'emprunter puisque, si la passerelle sera finalisée d'ici quelques semaines, il restera encore les aménagement pour y accéder à effectuer. Les travaux de ces derniers devraient avoir lieu au printemps.

Au final, le montant des travaux avoisine les 970.000 euros.

Les investissements sur la ligne 141, véritable dorsale en mobilité douce, ne s’arrêteront pas là.

Les travaux d’accès à la plateforme débuteront à la suite de l’installation de la passerelle. En parallèle, le SPW a décidé de rendre la liaison entre Seneffe et Arquennes plus confortable pour les usagers de la mobilité douce, toujours propriété communale. La Région y investit 1,5 million d’euros dans le cadre du plan RAVeL 2024. La boucle sera bouclée.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be