Mons/Centre : le prix du CNG a quadruplé en un an, ces automobilistes sont pris à la gorge

Alors qu'ils pensaient faire à la fois des économies et un geste pour la planète en choisissant le CNG comme carburant, Sabrina du Roeulx et Olivier de Maisières déchantent depuis le mois de mars.

Thomas Donfut
Mons/Centre : le prix du CNG a quadruplé en un an, ces automobilistes sont pris à la gorge
©D.R./Th.D.

C'est après avoir mûrement réfléchi que Sabrina, habitante de Gottignies dans la commune du Roeulx, avait acheté en 2019 une VW Touran qui roule au CNG. "A l'époque, le prix du CNG tournait aux alentours de 0,75 euros le kilo avec le seul inconvénient que peu de stations le proposaient dans ma région", explique la Rhodienne de 41 ans. "Pour moi, il s'agissait d'un geste à la fois économique et écologique. Mais aujourd'hui, il est à 3,55 euros le kilo au minimum soit une augmentation de presque 400 % et il est monté, à un moment donné, jusqu'à 4,5 euros le kilo ! A côté de ça, l'augmentation du Diesel et de l'essence, c'est du pipi de chat mais personne ne parle de ceux qui ont choisi ce carburant car aujourd'hui encore, on constitue une minorité. Aujourd'hui, mon plein de CNG, de 18 kilos, me coûte autant que mon plein de Diesel dans mon ancien véhicule et pour une autonomie réduite de moitié. Autant dire que pour les économies, c'est fichu..."

Mons/Centre : le prix du CNG a quadruplé en un an, ces automobilistes sont pris à la gorge
©D.R.


D'après le site gas.be, le CNG (Compressed Natural Gas), est un "carburant obtenu en comprimant du gaz naturel en l'injectant à une pression d'environ 200 bar dans le réservoir d'un véhicule ce qui permettrait de diminuer les gaz à effet de serre, la production d'oxyde d'azote ainsi que les particules fines émises."

Ces dernières années, le nombre de véhicules en circulation roulant au gaz (CNG ou LPG) n'a cessé d'augmenter passant encore en 2019 de 14 924 véhicules à 17 740 en 2022 selon des chiffres de statbel.

Mons/Centre : le prix du CNG a quadruplé en un an, ces automobilistes sont pris à la gorge
©D.R.


Un chiffre qui risque fort de baisser vu l'augmentation du prix évoquée plus haut due bien entendu à la crise énergétique qui touche le monde entier. "Quelle solution on a ? Aucune. On doit juste attendre", reprend Sabrina. "Car qui voudrait d'un véhicule qui roule au CNG aujourd'hui alors que le prix est quatre fois plus élevé qu'il y a trois ans ? Alors oui, on a un réservoir d'essence en plus de celui de CNG mais il ne fait que huit litres ce qui m'obligerait à faire le plein tous les jours. J'ai cinq enfants que je dois conduire un peu partout entre l'école et les activités extra-scolaires. C'est impossible pour moi, je suis dans l'impasse et je n'ai aucune idée de la durée de cette crise..."

Mons/Centre : le prix du CNG a quadruplé en un an, ces automobilistes sont pris à la gorge
©D.R.


Olivier quant à lui, avait effectué énormément de calculs avant de se lancer dans l'achet d'un véhicule roulant au CNG. Il s'était finalement décidé en janvier 2021 mais a rapidement déchanté. "J'ai été contraint et forcé de revendre ma voiture à cause de l'augmentation du prix et de passer à un véhicule... Diesel", commente celui qui réside à Maisières, dans l'entité montoise. "Mais j'ai en fait eu la chance d'anticiper la crise actuelle et j'ai pu la vendre à un bon prix juste avant que ne se déclenche la guerre en Ukraine. Si j'avais attendu quelques semaines de plus à peine, je l'aurais certainement revendue à perte. Déjà à l'époque, le prix du CNG avait doublé par rapport à début 2021. Cela dit, si j'ai effectivement acheté un nouveau véhicule en janvier de cette année, je ne le recevrai que début 2023 donc j'aurai subi la crise de plein fouet. J'ai pensé ne plus rouler qu'à l'essence mais cela m'obligerait à faire le plein deux fois par jour..."

Olivier travaille dans le pharmaceutique et roule en effet 140 kilomètres par jour. "C'est vraiment dommage car en plus de faire des économies, il y avait ce geste pour la planète..."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be