Une friperie intègre le Post Concept à La Louvière, les chineurs pourront acheter des vêtements vintage au kilo

La boutique de fripes Chey Vintage va investir le magasin vintage louviérois durant tout le mois de décembre voire plus si affinités.

Thomas Donfut
Cheyenne sera présente au Pst Concept de La Louvière entre le 1er et le 31 décembre.
Cheyenne sera présente au Pst Concept de La Louvière entre le 1er et le 31 décembre. ©D.R.

Cela fait déjà près d’un an que Cheyenne Rougefort s’est lancée dans la vente de fripes. Dès ce premier décembre et jusqu’au 31, elle sera installée dans le magasin Post Concept, rue Kéramis. “J’ai déjà participé à plusieurs événements mais c’est la première fois que je tiendrai une véritable boutique physique”, se réjouit celle qui jusqu’ici “exerçait” presque exclusivement à son domicile de Carnières.

C’est un peu par hasard que la collaboration entre Cheyenne et Post Concept a débuté. “Je m’y suis rendue comme n’importe quelle cliente et, a avec le gérant, on a sympathisé et le sujet des fripes est venu sur la table. C’est comme ça que ça a commencé. J’y serai présente dans les heures d’ouverture durant tout le mois de décembre et on fera alors le bilan de savoir si cela vaut la peine de continuer la collaboration.

Dans la boutique de Cheyenne, on trouvera des vêtements pour femmes, hommes et enfants et le tout sera vendu 20 euros le kilo. “Lorsque je me rends à Bruxelles ou Paris chez mes fournisseurs, j’achète les vêtements au kilo donc je ne me voyais pas faire autre chose. Cela me facilite aussi les choses sur le plan comptable mais aussi pratique car si je devais passer mon temps à tout étiqueter, je ne ferais plus que ça…

La vente au kilo peut aussi être avantageuse pour le client. “Je ne fais effectivement pas de différence entre les vêtements de marque ou non ce qui fait qu’un chemisier de marque reviendra par exemple moins cher qu’un gros pull tricoté sans marque. Pour les jeans, ce n’est pas la même chose car plus le tissu sera de qualité, plus il sera lourd.

S’habiller avec des vêtements de seconde main, c’est un choix, une philosophie de vie. “Parmi mes clients, je reçois des gens de toutes les classes sociales et qui font un mix dans leurs achats entre neuf et occasion. Mais aussi des personnes qui, comme moi, ont fait le choix de ne plus acheter de neuf. Depuis le début de la crise énergétique, j’ai pu aussi constater que certaines personnes venaient chez moi par nécessité et non pas par choix. Car le neuf est devenu impayable pour les gens qui veulent se rhabiller.

Chey Vintage sera donc présente au Post Concept jusqu’au 31 décembre et dans son “catalogue”, elle a encore quelques robres de soirée et autres costumes donc n’hésitez plus !

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be