La Louvière : un père accusé de viol sur ses six enfants

Selon les dires des enfants âgés de 2 à 10 ans au moment des faits, ils auraient tous subi des violences notamment sexuelles. Aujourd’hui, l’homme de 37 ans a refait sa vie avec une autre femme qui attend un heureux événement…

Margaux Piron
xx
À la barre du tribunal correctionnel de Mons, Milo a contesté les faits. ©SHUTTERSTOCK

Mère de six enfants, Juliette (prénom d’emprunt) a pris l’initiative de contacter différentes institutions dont le SAJ (Service de l’Aide à la Jeunesse) et SOS Enfants à la suite de doutes concertant son ex-compagnon Milo (prénom d’emprunt). Elle le suspectait de viol et de maltraitance à l’égard de leurs trois filles et trois garçons, âgés de 2 à 10 ans. Cette prise de contact a conduit la jeune maman à déposer plainte le 13 septembre 2018.

L’une des petites victimes a d’abord brisé le silence en tenant des propos interpellants et précis avant que les autres enfants ne suivent. “J’ai peur de mon papa. C’est l’enfer, je veux que cela cesse”, a déclaré l’une des filles dans une audition filmée. “Il me lançait parfois des objets. Il me montrait également son sexe et le mettait où il ne fallait pas”. La mineure a indiqué que ses frères et sœurs avaient subi le même sort.

Un autre enfant du couple a même expliqué que son père buvait beaucoup et qu’il lui était arrivé d’attacher ses mains et ses pieds avant de poser du collant sur sa bouche.

À la barre du tribunal correctionnel de Mons, Milo a contesté les faits. “J’adore mes enfants et ils me manquent”, a révélé le Louviérois. “Leur mère est une grande manipulatrice. Elle essaie à tout prix de me priver de les voir”. Aujourd’hui, l’homme de 37 ans a refait sa vie avec une autre femme qui attend un heureux événement.

Des propos hautement probables

La partie civile et le représentant du ministère public ont tenu le même discours basé sur des expertises. “Ce qui est frappant dans ce dossier, ce sont les points communs de l’ensemble des auditions des enfants. Il ressort de l’expertise que les propos des enfants sont hautement probables. Les experts font également état d’un certain mal-être et qu’ils sont victimes d’un syndrome de stress post-traumatique. Il est par ailleurs peu plausible que les faits racontés proviennent d’une quelconque manipulation de la mère. De plus, ces enfants ont une mauvaise image du monde et une perception négative de leur père”, a précisé le représentant du ministère public. Une peine de six ans de prison ferme a été requise.

”On parle de l’avenir d’un homme et d’une famille”, s’est exclamé l’avocat de la défense durant sa plaidoirie. “Dès la séparation du couple, l’ex-compagne de mon client l’empêchait déjà de voir ses enfants. D’après le rapport de l’une des institutions interpellée par la mère, il découle que les enfants adoptent un comportement défensif et non sincère. Au lieu de préserver ses enfants, elle leur transmet ses propres douleurs”.

Le prévenu a également été soumis au polygraphe. Les résultats ont démontré que ses propos sont non mensongers. L’avocat de la défense a demandé de tenir compte de cet élément. L’acquittement a été sollicité à titre principal. Jugement le 4 janvier.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be