La Louvière: "Il faut trouver une solution urgente pour le Pont Capitte"

Le député Michel Di Mattia regrette l’attentisme du SPW dans un dossier qui traîne depuis déjà quatre ans dans les tiroirs.

Thomas Donfut
Michel Di Mattia demande des solutions urgentes pour le Pont Capitte.
Michel Di Mattia demande des solutions urgentes pour le Pont Capitte. ©Belga/D.R.

Depuis plusieurs mois, le Pont Capitte fait l’actualité et pas pour de bonnes raisons. En mauvais état depuis longtemps déjà, les experts mandatés par le SPW ont demandé son remplacement déjà en 2018. “Or, depuis, rien n’a bougé”, déplore le député Michel Di Mattia qui a demandé des comptes au Ministre des Infrastructures Philippe Henry ce mercredi après-midi en séance plénière. “L’adjudication des travaux n’a pas encore été effectuée et on en reste au point mort concernant ce dossier qui devient urgent vu l’importance de cet axe pour la Ville de La Louvière. Sans pont, l’entité de 80 000 habitants serait coupée en deux par le canal.

En attendant la réalisation des travaux nécessaires, il avait été demandé à la Ville de chercher des solutions pour éviter le passage des poids lourds sur le pont fragilisé. L’endroit avait donc été limité aux véhicules de plus de 7,5 tonnes mais peu de poids lourds la respectaient. La circulation des bus des TEC avait été régulée pour que deux bus ne passent pas en même temps sur le pont ce qui a permis “d’épargner” quelque peu son usure. “Mais force est de constater que ces mesures, mises en place en 2019, ne sont pas respectées au quotidien”, nous avait confié il y a quelques jours Jacques Gobert. “Une nouvelle étude de stabilité de la part du SPW a montré que l’état du pont ne s’était pas aggravé depuis mais le SPW a menacé de fermer le pont si des mesures n’étaient pas prises pour faire respecter les mesures.

C’est là que le système de portique a été mis en place fin novembre avec peu de succès puisqu’il ne se passe quasiment pas un jour sans qu’un accident se produise et qu’une des barrières ne soit arrachée du portique. “Cette situation n’est pas non plus tolérable”, renchérit Michel Di Mattia. “Et une solution urgente doit être trouvée. La Ville proposait de placer un gabarit des deux côtés du pont mais cela n’est a priori pas possible pour le SPW pour des questions de budget. Je pense que le minimum serait d’augmenter la hauteur des barrières et de trouver des solutions car, je le répète, une ville comme La Louvière ne peut pas se permettre d’être coupée en deux.

En séance, le Ministre Henry a répondu aux inquiétudes de Michel Di Mattia en affirmant que “les études de stabilité du pont sur lequel des dégradations structurelles avaient été constatées étaient en cours. Nous attendons actuellement les résultats.

Par contre, il n’a rien avancé concernant les soucis rencontrés avec les fameuses barrières et portiques placés de part et d’autre du pont.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be