Le mouvement de grève des pompiers louviérois pourrait continuer : “c’est à chaque agent concerné de se positionner et de prendre la décision”

La direction de la zone Hainaut-Centre indique quant à elle que des analyses sont toujours en cours pour comprendre le problème du non-paiement de certaines prestations.

Thomas Donfut
Pompiers de Mons en grève
Une partie des pompiers de La Louvière est en grève. ©AVPRESS

Depuis ce dimanche, une partie des pompiers de La Louvière sont en grève. En cause, le non-paiement de certaines prestations pour les pompiers ayant conservé le statut pécuniaire de la commune après la réforme de 2014. “Il se pourrait que le mouvement de grogne perdure car lors de la réunion que nous avons eue avec la direction de la zone ce mardi après-midi, on nous a dit que des analyses étaient toujours en cours concernant le non-paiement de ces sursalaires”, nous précise Stéphane Rybcsak, Secrétaire délégué adjoint à la CGSP. “Nous attendons avec impatience le résultat de ces analyses mais en attendant, le préavis entré en vigueur ce dimanche est toujours valable et ce jusqu’à durée indéterminée. Maintenant, c’est à chaque agent de se positionner et de décider si oui ou non il reprend le travail.

Pour les pompiers concernés, le problème de sursalaires non payés ne se limite probablement pas au mois de septembre dernier comme on vous l’indiquait ce lundi. “En fait, il se pourrait que le problème persiste depuis bien plus longtemps que cela”, nous a confié Olivier Cornero, délégué syndical pour la CGSP à la caserne de La Louvière. “Les dates concernées sont les 2 novembre, le 15 novembre et le 26 décembre auxquelles se rajoutent les deux jours du Laetare. À ces dates, l’administration communale est fermée et les employés communaux ne travaillent pas. Normalement, les pompiers qui ont conservé le statut pécuniaire communal et qui travaillent ces jours-là devraient être payés comme s’il s’agissait d’un jour férié c’est-à-dire à 200 %.

Les pompiers se sont rendu compte il y a peu que ce n’était pas forcément le cas, d’où le mouvement de grève lancé ce dimanche. “Le système informatique mis en place avant 2020 ne nous permet pas de vérifier car il était assez compliqué et on ne sait pas pourquoi on ne nous paie pas ces jours-là à leur juste valeur alors qu’ils sont inscrits dans le règlement de travail comme étant considérés comme des jours fériés. La direction, quant à elle, ne peut pas nous prouver le contraire…

Bref, c’est l’impasse d’autant plus que ce problème, spécifique à La Louvière, n’est pas le seul actuellement pour les pompiers. “On veut notamment imposer aux officiers des horaires contraignants ainsi qu’un système de garde aberrant qui ne laisserait que deux officiers de garde sur toute la zone qui est la deuxième plus grande zone Seveso en Belgique !”

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be