Braine-le-Comte : étudiant infirmier de 22 ans, Arthur va effectuer son stage de fin d’études… en Nouvelle-Calédonie

Pour financer son projet, il cherche des sponsors et a organisé un souper.

Thomas Donfut
Ambulancier ou infirmier, Arthur est un véritable passionné.
Ambulancier ou infirmier, Arthur est un véritable passionné. ©A.F.

Secouriste, ambulancier, futur infirmier urgentiste, Arthur est un véritable passionné de tous les métiers qui touchent aux secours. “Ça a commencé dès mes 16 ans avec un simple brevet de secourisme mais depuis, le virus ne m’a pas quitté”, commente le jeune Brainois qui, à 22 ans, possède déjà une sacrée expérience dans le domaine médical. “Depuis quatre ans déjà, je travaille pour la Croix-Rouge en tant qu’ambulancier volontaire et je participe régulièrement à des grandes manifestations en tant que secouriste comme, par exemple, le Festival de Dour. Pour moi, ce métier est une véritable passion qui est née un peu par hasard puisqu’au départ, je voulais me diriger vers l’informatique. Mais, un été, alors que je cherchais un job d’étudiant, je suis tombé sur cette formation que j’ai suivie et qui s’est suivie par une autre puis une autre et ainsi de suite…

Adepte du terrain au sens propre du terme, Arthur se destine à la pratique des soins urgentistes. “Ce que j’apprécie lorsque je suis en service ambulancier, c’est qu’il n’y a pas deux interventions pareilles. Ce sont les infirmiers urgentistes du SMUR rencontrés durant mes interventions qui m’ont donné aussi envie de pouvoir faire pareil qu’eux.”

Actuellement en 4e année à la Helha de Jolimont, Arthur prépare un stage qui va l’emmener durant trois mois à l’autre bout du monde, en Nouvelle-Calédonie soit à près de 17 000 kilomètres de la Belgique. “Ce n’est pas du tout là-bas que je devais partir au départ car je voulais faire un stage à l’étranger oui, mais en France, tout simplement. Cela dit, après avoir essuyé plus de 250 réponses négatives de pratiquement tous les services d’urgence du pays, il ne me restait plus que les DOM-TOM comme possibilité. J’ai postulé un peu partout là-bas et finalement, un hôpital de Nouvelle-Calédonie a été le seul à me donner une réponse positive. C’est un challenge important pour moi de m’adapter à une situation, un lieu, des protocoles, un pays inconnus mais je me sens prêt à le relever.

Il y a quelques semaines alors qu’il était de service comme ambulancier pour la Croix-Rouge d’Ottignies, Arthur a été confronté à une expérience aussi inattendue qu’incroyable : celle d’aider à donner la vie. “Lorsque nous sommes arrivés sur place avec mon collègue, nous n’avions plus le temps d’attendre le médecin qui était pourtant sur le point d’arriver. Nous avons donc accompagné la maman dans ses dernières contractions et le bébé est rapidement venu au monde dans mes bras. C’est une expérience assez incroyable que j’ai vécue là mais sur le moment, on ne s’en rend pas forcément compte. C’est par après que l’on réalise.”

Pour financer son projet, Arthur va organiser un souper spaghetti.
Pour financer son projet, Arthur va organiser un souper spaghetti. ©D.R.

Pour financer son projet de stage, Arthur va organiser un souper le 4 février à l’école de la Source à Soignies. Pour soutenir ce jeune passionné, infos et réservations au 0479/788740.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be