La revalorisation des commerces de Braine-le-Comte avance bien mais connaît encore quelques couacs

L’échevine espère que les commerçants se réuniront en association afin de pouvoir aller encore plus loin dans ses actions.

Florian Ducobu
La valorisation des commerces de Braine porte ses fruits mais le chemin est encore long.
La valorisation des commerces de Braine porte ses fruits mais le chemin est encore long. ©BELGA

Les efforts de la Ville de Braine-le-Comte pour redynamiser la rue de la Station et les rues commerciales de l’entité auraient-ils porté leurs fruits ? C’est bien possible à en croire les multiples ouvertures de commerces de ces dernières semaines. Une agence de graphisme, un commerce de jouets, un magasin de thé et un centre paramédical ont notamment vu le jour dernièrement. La Ville ne compte toutefois pas s’arrêter là puisqu’elle a répondu à l’appel à projets “Objectif Proximité” visant à octroyer des primes aux commerçants lors de leur installation.

Le travail fournit par le collège communal semble donc porter ses fruits. “Nous avions réalisé une enquête sur la revalorisation du commerce local avec notre groupe de travail afin d’établir toute une série d’actions à mettre en place. Les résultats de cette enquête avaient par la suite été communiqués aux commerçants”, confie Ludivine Papleux, échevine à Braine-le-Comte. “De nouveaux commerçants sont venus s’installer à Braine-le-Comte récemment malgré le manque d’aides à l’installation comme, par exemple, l’octroi d’une prime. Cela pourrait bien changer puisque nous avons répondu à l’appel à projets “Objectif Proximité”. Nous espérons bien entendu être sélectionnés.

Si elle est retenue, la Ville pourra sans nul doute attirer encore davantage de commerçants. L’échevine rappelle cependant que la situation n’était pas alarmante. “Le nombre de cellules vides n’est pas plus important qu’en 2006. Les citoyens ont l’impression qu’il y en a plus mais ce n’est pas le cas. Je pense qu’à Braine, il y a moyen de faire ses courses. Il y a évidemment plus de commerces alimentaires mais on peut tout de même trouver un peu de tout. Beaucoup de personnes ont une méconnaissance de ce que l’on possède sur l’entité”, poursuit Ludivine Papleux.

Pour pouvoir informer davantage les citoyens, l’échevine essaye, par l’intermédiaire de l’agence de développement local, de faire la promotion des commerces existants. Pour l’aider dans sa mission, elle aimerait que les commerçants se rejoignent en association de commerçants. Cela lui faciliterait grandement la tâche pour l’organisation d’activités notamment.

Nous avions proposé plusieurs ateliers aux commerçants pour leur mise en valeur. L’un concernait la création de capsules vidéos faisant la promotion de leur établissement. Nous avons cependant eu que quatre participants. Un autre atelier proposait de faire des économies d’énergie mais aucune réponse n’a été reçue. Nous essayons de mettre en place des actions mais les commerçants ne semblent pas toujours preneurs. Nous aimerions donc en savoir plus sur leurs attentes”, indique Ludivine Papleux. “Les commerçants veulent également des événements mais pour ce faire, une association des commerçants est nécessaire. L’agence de développement local n’a en effet pas vocation à faire cela. Nous espérons donc que l’un d’entre eux prendra l’initiative d’en mettre une en place.

Il y a donc du mieux du côté de Braine-le-Comte mais le chemin reste long pour que tout soit parfait. Certaines démarches émanant directement des commerçants pourraient cependant aider à faire avancer les choses. L’appel est désormais lancé…

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be