Drame de Strépy : une stèle pour ne pas oublier

La Ville de La Louvière l’a érigée non loin du drame qui a coûté la vie à 6 personnes le 20 mars dernier.

Thomas Donfut
La stèle est placée à l'angle des rues des Canadiens et Saint Julien.
La stèle est placée à l'angle des rues des Canadiens et Saint Julien. ©Thomas Donfut

Il y a presque dix mois, l’horreur touchait toute une ville, toute une région, tout un folklore. En ce début d’année, à quelques jours des répétitions de batterie à Haine-Saint-Pierre et donc, du début des festivités précarnavalesques dans l’entité louviéroise, une stèle a été placée au coin de la rue des Canadiens et de la rue Saint-Julien.

C’est à 100 mètres de là à peine que, le 20 mars dernier, le groupe de gilles des Boute-en-Train avait démarré de la salle omnisports toute proche. Peu après son départ, le groupe composé d’une dizaine de gilles et ses nombreux suiveurs avait été percuté de plein fouet par un véhicule lancé à pleine vitesse en toute inconscience. “Cette stèle répond à une demande des familles des victimes dès le lendemain du drame”, nous a confié Jacques Gobert, bourgmestre de La Louvière. “Il fallait un lieu où les gens pourraient se recueillir à un endroit plus opportun que, par exemple contre un des arbres de la rue des Canadiens. Il se trouve également à une distance raisonnable des habitations de manière à garantir une certaine intimité à ceux qui voudraient s’y recueillir.

La stèle en question est composée des reproductions de deux tambours et d’une petite allée où les gens pourront se recueillir. “Il s’agit en réalité de l’œuvre réalisée par les ouvriers communaux qui avait été placée de manière itinérante en 2020 sur les places des villages qui ne pouvaient pas célébrer leur Carnaval à cause des mesures liées au covid. L’utiliser en tant que stèle mémorial, c’est une bonne valorisation du travail des ouvriers et en même temps, un symbole important représentatif du folklore louviérois.

Dans les jours qui viennent, la stèle sera inaugurée officiellement par les autorités communales en présence des familles mais dans l’intimité. “Ce sera probablement la seule commémoration, le seul hommage qu’il y aura durant cette saison carnavalesque. les sociétés du village n’ont pas demandé, par exemple, à faire une quelconque minute de silence. Je les comprends. Pour elles, il est probablement temps de passer à autre chose.”

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be