L’asbl l’Étincelle à Arquennes aide les jeunes dont les proches souffrent de troubles mentaux : "la demande est de plus en plus forte"

Une aide souvent sous-estimée mais qui peut vraiment avoir un impact important dans leur vie.

Thomas Donfut
L'asbl L'Etincelle accompagne les jeunes dont les proches souffrent de troubles mentaux depuis 4 ans.
L'asbl L'Etincelle accompagne les jeunes dont les proches souffrent de troubles mentaux depuis 4 ans. ©FB

Créée il y a quatre ans à Arquennes par deux spécialistes de la santé mentale, l’asbl l’Étincelle accompagne de jeunes de 0 à 25 ans dont les proches souffrent d’un trouble mental. “Le déclic est venu lorsque, dans le cadre de notre travail, nous avons constaté le fait que les familles de ces personnes avaient beaucoup de questions auxquelles peu de personnes étaient qualifiées pour leur donner des réponses”, nous explique Carole Cocriamont, coordinatrice de l’asbl. “Nous avons également été confrontées à une maman qui s’est donné la mort et qui laissait deux enfants. On s’est dit qu’il fallait faire quelque chose pour eux, pour répondre à leurs nombreuses questions comme, par exemple, la culpabilité, la manière d’affronter ces maladies etc. On s’est renseignée et il s’est avéré que peu, voire aucune, entité ne s’occupait de cette branche particulière et on s’est lancée en 2019 dans la création de l’asbl.

Une asbl qui, en plus de l’accompagnement des jeunes proches de personnes souffrant d’un trouble mental, organisent également des sessions destinées aux services d’aide à la jeunesse et autres institutions. “Celles-ci se trouvent souvent désarmées face à des cas de familles perturbées par la découverte d’un trouble mental au sein du cocon familial. Souvent, elles ne savent pas comment réagir, comment aborder le sujet avec les proches. L’idée est de leur donner des clés pour qu’elles puissent le faire car la demande est de plus en forte de la part des familles.”

L’an dernier, l’asbl qui tend à démontrer son utilité aux autorités publiques de manière à être mieux subsidiées (Pour le moment, l’Étincelle reçoit des subsides annuels de l’AVIQ, de l’Aide à la jeunesse, de Cap 48 et de l’ONE, NDLR), a pris en charge 58 enfants de 48 familles, a organisé des sessions d’information avec 137 professionnels tout en mettant en place 81 animations préventives dans des écoles. “La prévention, c’est le troisième axe de notre asbl. Tous nous avons une santé mentale et les enfants sont susceptibles d’être confrontés à un trouble durant leur vie, c’est pourquoi il est aussi nécessaire d’anticiper leurs éventuelles questions sur le sujet.

L’asbl liégeoise Similes, qui effectue le même travail que l’Étincelle mais à destination des adultes, vient d’éditer deux livrets explicatifs qui vont tentent de répondre aux questions les plus courantes des enfants et des proches de personnes atteintes par un trouble mental. “On ne s’en rend parfois pas bien compte car il s'agit d’un sujet relativement tabou mais aujourd’hui, à peu près une personne sur 4 est susceptible d’être atteinte un jour par un trouble mental”, explique Jean-Philippe Lejeune, directeur. “Ce n’est donc pas anodin et ces livrets peuvent, j’en suis certain, aider des jeunes à pouvoir répondre à leurs questions.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be