31 degrés annoncés dimanche sur Besonrieux, les gilles vont souffrir mais ont l’habitude : “on est chaud boulette dans tous les sens du terme”

Le Carnaval tardif de Besonrieux aura lieu ces 10, 11 et 12 septembre sous un soleil de plomb.

Thomas Donfut
Les gilles de Besonrieux vont souffrir sous la chaleur prévue ce dimanche.
Les gilles de Besonrieux vont souffrir sous la chaleur prévue ce dimanche. ©P.L.

La canicule qui touche nos contrées ces derniers jours n’épargnera pas le petit village de Besonrieux, dans l’entité de La Louvière. Or, ce dimanche débute le Carnaval de Besonrieux. Un événement folklorique tardif dans la saison et attendu de tous qui se déroulera donc sous un soleil de plomb. “Dans la société, tout le monde est chaud boulette et ce dans tous les sens du terme”, s’exclame André Totté, ancien président de la société des Bons Vivants durant une vingtaine d’années. “Ce type de météo arrive environ tous les trois ou quatre ans. Cela est certainement contraignant mais on doit faire avec. En plus, on a l’habitude, on sait comment gérer les fortes chaleurs. Même s’il faut bien avouer qu’avoir 31 degrés en septembre, c’est vrai que ce n’est pas commun.

Pour affronter ces fortes chaleurs habillés en gille avec apertintaille, paille, collerette, barrettes et sabots, les gilles de Besonrieux ont leur secret. “On sera suivi par une remorque non seulement pour porter nos oranges mais aussi pour porter des bouteilles d’eau. Certains gilles, aussi, profitent du temps de midi pour prendre une douche en plus de manger. C’est rarement mon cas car je reçois environ 30 personnes le dimanche midi et la plupart du temps, je laisse mes copains en profiter avant moi, par politesse. Les gilles portent, pour la plupart, des housses qui contiennent de la paille plutôt que d’être bourrés directement. Cela facilite grandement les choses dans ces cas-là.”

Les plus fragiles surveillés

Lors des fortes chaleurs comme ce sera le cas ce dimanche, les personnes les plus fragiles seront particulièrement surveillées. “Il est évident que nous serons vigilants par rapport à l’état de santé des gilles les plus âgés. Accompagnés d’un tambour, ils pourront rejoindre leur domicile de temps en temps pour se reposer.

Car malgré la chaleur, les gilles de Besonrieux respecteront le costume de gille. “Il n’est pas question de laisser aller les traditions et personne ne pourra se déshabiller en rue. Tout au plus, lorsque nous ferons une halte, les gilles pourront changer leur barrette, qui peut facilement se salir par ce temps-là, mais toujours en toute discrétion.

Carnaval tardif, celui de Besonrieux trouve l’origine de cette date incongrue, pour un événement censé chasser l’hiver, en 1956. “Cette année-là, lors de la kermesse, la société folklorique du village qui avait l’habitude de se déguiser en musique n’est pas sortie. Quelques amis ont alors décidé de créer un groupe de gilles et la kermesse est devenue un Carnaval. Il a lieu à une date qui ne correspond à aucun calendrier folklorique mais on ne la changerait pour rien au monde.”

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...