Les Jardins de Scailmont ont opéré une phase supplémentaire dans le déconfinement.

Depuis une semaine, les résidents des Jardins de Scailmont, à Manage, peuvent à nouveau avoir de vrais contacts avec leurs proches. Fini de discuter à travers le grillage du jardin. Place à la seconde phase dans l'organisation des visites avec la mise en place d'un système dans le jardin. Pas de plexiglas, pas de séparation physique. Juste une table et des chaises installées dans la pelouse ou sur la terrasse.

Tout fonctionne donc sur la confiance et le respect des règles sanitaires élémentaires comme le port du masque, la désinfection des mains et la prise de température. "Cela se passe très bien avec nos résidents et les visiteurs", assure Christian Bellaert, directeur de cet établissement qui accueille une centaine de personnes âgées souffrant de troubles cognitifs. "Ce système est très chouette lorsqu'il fait beau et un peu moins gai lorsqu'il pleut. Les résidents doivent alors mettre leur manteau et c'est plus compliqué de les garder dehors. Mais dans l'ensemble, c'est bien mieux que derrière un grillage."

© DR

Si cette maison de repos s'est orientée vers ce système, c'est avant tout parce que l'organisation spatiale des lieux permettait de le faire aisément. "Nous avons la possibilité de faire passer les familles par l'extérieur, sans entrer dans le bâtiment. Le jardin permet de garder ses distances tout en étant assez proche. C'est beaucoup plus convivial que derrière un plexiglas ou un grillage où l'on se sent presque en prison."

Il est vrai que résidents et visiteurs sont beaucoup plus libres. Certains contacts physiques, comme se prendre par la main pendant les rencontres, peuvent même se faire s'ils permettent de favoriser l’échange et la communication. "Les accolades ou embrassades ne peuvent en revanche être acceptées pour le moment. Nous permettrons également aux personnes de se promener dans le jardin et aux proches d’apporter un petit présent pour leur parent."

Pour le moment, la résidence accueille trois familles par heure de visite, avec une ou deux personnes par famille. "Nous réfléchissons déjà à la suite avec la possibilité de faire rentrer les familles à l'intérieur, en respectant des mesures bien strictes. Mais nous ne voulons pas prendre de risque car la crainte de la propagation du virus est toujours présente. Surtout que nous n'avons eu aucun résident testé positif au Covid-19 à ce jour."

La prudence sera donc de mise jusqu'à l’éradication complète du virus.

© DR