Centre

Francesco D. L. comparaissait devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour une prévention de coups et blessures sur sa compagne, lors du carnaval de Binche en février 2018. Ce qu’il conteste.

Le jour de la Saint-Valentin, Francesco et sa compagne participent aux festivités du carnaval de Binche. Le prévenu fête l'acquisition d'un bâtiment et le couple se trouve en état avancé avec la consommation d’alcools. Alors qu’ils décident de rentrer et de retourner vers le véhicule, la victime court pour retourner faire la fête sur place. "En voulant la rattraper, elle est tombée à terre", explique le prévenu au juge Davio. "Mais je ne lui ai porté aucun coup". Pourtant, un témoin entendu par la police signale que Francesco aurait poussé sa compagne et qu’il lui aurait asséné un coup de poing. "En essayant de la rattraper, j’ai trébuché sur elle ce qui a entraîné sa chute."

Comme l’a souligné la substitute durant son réquisitoire, c’est déjà la troisième explication différente donnée par le prévenu pour expliquer les faits : "Il dit d’abord qu’il voit sa compagne au sol sans savoir pourquoi. Ensuite, il est possible qu’il l’ait accidentellement poussée pour, au final, arriver à une autre version aujourd’hui. Je demande à ce qu’une peine de 1 an à 18 mois lui soit prononcée." Jouant en sa défaveur, l’homme est connu de la justice. Il possède un casier judiciaire de 12 pages, principalement pour des problèmes d’alcoolémie au volant.

Maître Donatangelo a plaidé un sursis probatoire, présentant un homme qui ne fait pas preuve de violence envers sa compagne : "Contrairement à ce que pourrait laisser croire le dossier, mon client n’est pas quelqu’un de violent avec sa compagne. D’ailleurs, elle est présente dans la salle et ils sont toujours ensemble. Dans son PV, la police relate les faits selon les dires du témoin de la scène. À part ce témoin, personne n’a rien vu."

Le jugement aura lieu le 16 mai.