Leur présence aura probablement surpris plus d’une personne, ce vendredi après-midi : plusieurs dizaines de policiers, parfois armés de leur bouclier, ont été mobilisé dans la Cité des Loups, aux alentours de la place Mansart. Une présence importante donc, qui fait suite aux tentatives d’affrontement entre plusieurs bandes rivales louviéroises et montoises.

Contactée, la police locale de La Louvière confirme la présence de policiers en centre-ville, ce vendredi après-midi, mais précise encore qu’à l’heure d’écrire ces lignes, rien ne laisse présager de nouveaux débordements. "Nos policiers sont mobilisés sur le terrain afin de procéder à des vérifications en masse", nous indique-t-on.

Sur une photo, transmise par un témoin, on aperçoit effectivement de nombreux jeunes immobilisés le temps d’un contrôle. Il faut dire que la pression est palpable depuis mercredi, jour où des échauffourées ont éclaté entre des bandes urbaines opposées. Il s’en était en effet fallu de peu pour que la situation dégénère.

En provenance de Mons, de nombreux jeunes s’étaient en effet donné rendez-vous à La Louvière, en guise de « représailles » d’un affrontement évité quelques jours plus tôt, samedi plus précisément, en territoire montois. Ce jeudi, c’est la police montoise qui avait dû quadriller le quartier de la gare de Mons afin de tuer dans l’œuf de nouveaux affrontements, cette fois initiés par la bande louviéroise.

Bref, les deux camps semblent déterminés à en découdre. Ce qui nécessite une vigilance de chaque instant dans le chef des zones de police concernées, dont les chefs de corps respectifs rencontraient, ce vendredi après-midi, les bourgmestres de Mons et de La Louvière et le procureur du Roi afin de déterminer l’attitude à adopter face à ces bandes urbaines.