Le jury de la cour d'assises du Hainaut a prononcé, mercredi, la culpabilité d'Alexandro Carucci pour le meurtre de Muriel Bauduin, commis le 13 août 2017 à Binche. Après avoir porté des coups mortels à la victime, il a jeté le corps dans le canal à Seneffe. Les jurés avaient le choix entre deux thèses opposées: l'assassinat, soutenu par les parties civiles et l'accusation, ou les coups ayant entraîné la mort sans intention de la donner, soutenus par la défense. Ils ont choisi la thèse intermédiaire du meurtre, retenue par la chambre des mises en accusation et le juge d'instruction.

Le verdict est tombé mercredi soir. Alexandro Carucci est coupable d'avoir commis un meurtre, le 13 août 2017 à Binche, et d'avoir porté des coups à la victime en janvier et en avril 2017. Le 13 août 2017, une violente dispute a éclaté dans l'appartement de l'immeuble numéro 2 de la rue du Cygne à Binche. Alexandro Carucci a frappé sa compagne, Muriel Bauduin, de manière très violente, lui occasionnant des fractures du crâne. Les coups ont provoqué un œdème cérébral, fatal. Ensuite, il a jeté le corps dans le canal à Seneffe.

Pour les jurés, la localisation des coups (la tête), le nombre (une quinzaine), et la violence sont la preuve d'un véritable acharnement, corroborés par les aveux de l'accusé et les avis d'expertise. "Il était animé de l'intention de tuer au-delà de tout doute raisonnable", ont estimé les juges.

Ce doute avait été plaidé par la défense. Pour les avocats de la défense, il s'agissait d'une scène de coups comme il en a existé tant d'autres dans la vie de ce couple. Sauf que la violence allait crescendo et dans un seul sens. Alexandro Carucci a battu sa compagne, Muriel Bauduin en janvier, en avril, en juillet et en août. En avril, il l'avait envoyée à l'hôpital avec pas moins de 64 fractures au visage.

Pour les jurés, le meurtre du 13 août n'était pas prémédité comme l'avaient soutenu les avocats des parties civiles et l'avocat général. Par contre, son comportement après les faits prouve qu'il avait l'intention de tuer car il n'a pas hésité à balancer le corps dans le canal. Ensuite, il a nettoyé la scène de crime, envoyé des SMS à la victime et s'est débarrassé de ses vêtements maculés de sang.

Jeudi, l'avocat général et les avocats de la défense débattront sur la peine. Alexandro Carucci, détenu préventivement depuis trois ans, encourt une peine de 30 ans de réclusion criminelle.