Nous l’apprenions ce mardi, le collège communal du Roeulx a pris la décision d’annuler les grands évènements publics dans la Cité . Jusqu’au 15 août inclus, les animations traditionnelles, comme l’ Apérhodien et les festivals des ballons et des ailes, n’auront finalement pas lieu. À deux mois du carnaval de la ville, la nouvelle était une suite logique à la situation sanitaire actuelle. " Ça n’a pas été une grande surprise", explique Dominique Parot , des Paysans du Rû . " On ne se faisait pas de faux espoirs, au vu de la propagation de l’épidémie. La commune a fait le bon choix, on comprend totalement cette décision."

Cette année à nouveau, la sortie des sociétés folkloriques et le brûlage du paysan sur la place de la Tannée manqueront à l’appel. Un mal pour un bien, selon les acteurs du carnaval. "C’était impensable de se réunir pour la sécurité de tous, et pour le plaisir d’y être", déclare Jérôme Leduc des Gilles, Les Rhodiens. "Notre carnaval est super convivial. Ce n'est pas possible de l’être avec des masques et des gestes barrières . C’est pour mieux se retrouver l’année prochaine, à 200%."

Malgré le soutien des acteurs du carnaval envers les autorités, cette décision reste un gros manque à gagner. Pour les Compagnons des Feux de la Saint-Jean, le groupe s’est très peu réuni depuis mars dernier. Le comité appréhende d’ailleurs l’ après-coronavirus . "Nous allons devoir recruter de nouveaux membres", raconte Émilie Bran . "Nous craignons le départ de plusieurs d’entre nous, à cause du manque de contacts. D'un point de vue financier, nous avions heureusement assez de réserve grâce à notre précédent carnaval, pour les 20 ans de la société." Les trois groupes nous confient ne pas être dans le rouge, malgré les nombreux évènements annulés depuis un an. "J’ai d’ailleurs une pensée particulière pour les musiciens et les cafetiers qui vivent du carnaval. Ils sont courageux."

En attendant, les acteurs travaillent en collaboration avec la commune pour rester actifs. À l’instar d’Écaussinnes et de Chapelle-lez-Herlaimont, un projet est en discussion. "Nous avons des contacts réguliers avec Ronny Tournay , l’échevin des festivités", rapporte Dominique Parot . "Une surprise est qui plus est en préparation et sera prochainement dévoilée. La Ville essaie de faire au mieux pour trouver des solutions." Les sociétés du folklore ne baissent pas les bras, malgré la déception.