Centre

Il faut désormais prendre les choses en main pour assurer la gestion journaliste de la structure.

Jeudi soir, à l’issue d’un conseil d’administration, Patrick Haumont présentait sa démission et quittait ainsi son poste de directeur général de la télévision locale Antenne Centre. Ce départ a inévitablement des conséquences sur le fonctionnement de la structure. Ce lundi, une rencontre entre les membres du CA et les directeurs toujours en place était ainsi organisée pour discuter de l’avenir.

"Des groupes de travail ont été mis sur pied afin d’épauler les directeurs toujours présents dans leurs missions. Il faut assumer la gestion journalière de la chaine", explique Jean Godin, président du CA. "Nous nous verrons régulièrement, probablement une fois par semaine, afin de faire le point sur les différents dossiers qui nous concernent." Et notamment le remplacement du directeur général. Une procédure de recrutement devrait être lancée prochainement.

Le président ne souhaite cependant pas mettre la charrue avant les bœufs. "Tout cela date de jeudi, il faudra un peu de temps avant que tout ne rentre dans l’ordre. Il a par exemple fallu informer les directeurs de certaines choses : n’assistant pas au conseil d’administration, ils n’étaient pas au courant de tout. Lors d’une prochaine rencontre, la question financière sera abordée. Mais une chose à la fois"

Et Jean Godin de préciser : "De notre côté, nous ne sommes fermés à aucune alternative, tant que les résultats financiers sont satisfaisants en fin de compte. Nous sommes ouverts à la discussion et aux propositions qui donneraient lieu aux mêmes résultats." Une rencontre avec les organisations syndicales pourrait quant à elle être planifiée ce mercredi. Proposition a en tout cas été faite en ce sens par le CA, ce lundi.

Rappelons que la démission de Patrick Haumont est intervenue dans un climat social et financier difficile. Le personnel avait dénoncé "une rupture de confiance" avec le désormais ex-directeur général, tandis que pour combler un déficit chiffré à l’époque à près de 200.000 euros, certaines mesures avaient été prises. Notamment le départ de pigistes et d’indépendants ou encore le remaniement de certaines programmations, sportives entre autres.

Ces mesures suffiront-t-elles pour sortir la tête hors de l’eau ? Difficile à dire aujourd’hui. Le sujet devra être rediscuté à l’occasion.