Syndicats, personnel, comité directeur et conseil d'administration se rencontreront dans les prochains jours pour discuter des pistes à envisager.

Jeudi soir, Patrick Haumont, directeur général d’Antenne Centre, présentait sa démission au conseil d’administration. Une décision qui avait surpris mais qui a été saluée par un grand nombre de travailleurs, qui avaient témoigné de leurs inquiétudes quant à l’avenir de la chaine locale et qui avaient fait état d’une rupture de confiance avec le directeur.

Aujourd’hui, il faut digérer les récents événements et se tourner vers l’avenir. "Tout s’est passé très vite et tard dans la soirée, il faut donc un peu de temps pour se retourner", précise Maïté Snyders, secrétaire permanente CNE. "Il va désormais falloir évaluer les mesures qui ont déjà été prises ou annoncées, voir si elles suffiront pour relever la tête."

La télévision locale présente en effet un déficit estimé à quelque 200.000 euros. "Nous allons une nouvelle fois rencontrer les travailleurs pour les sonder, les écouter. Ce sont les gens de terrain et donc eux qui sont les plus à même de donner des pistes pour pérenniser Antenne Centre. Ils n’étaient jusqu’ici pas écoutés, le management de Patrick Haumont était toxique. Aujourd’hui, le personnel est rassuré même si de nombreuses questions sont toujours sans réponse."

En effet, des mesures drastiques sont préconisées. "Patrick Haumont avait déjà pris la décision de ne pas garder les pigistes sportifs et de modifier la grille horaire des programmations sportives. Nous allons voir si l’on peut revenir sur cette mesure mais rien n’est garanti. Nous devrons rencontrer d’ici peu le comité directeur et discuter des pistes qui s’offrent à nous. Il est clair que le volume d’emploi ne sera pas touché et que l’ADN de la chaine locale, c’est-à-dire la proximité, sera préservée."

Les salariés sont a priori à l’abri, contrairement aux indépendants et aux pigistes, en première ligne. "Les départs naturels, comme les départs à la pension, ne seront pas remplacés. Ce qui signifie qu’il y aura une charge de travail supplémentaire pour les salariés. Il faut voir comment tout cela va s’organiser." Pour l’heure, il est encore trop tôt pour se prononcer sur le remplacement de Patrick Haumont, qui n’a pas souhaité faire de commentaire.

Jean Godin, le président du CA, précise que l’avenir de la chaine locale devra encore faire l’objet de discussion ce lundi. Un appel au remplacement du directeur général devrait rapidement être lancé. En attendant, l’objectif reste l’apaisement des équipes. Une mission qui ne sera pas simple mais que prendront à bras-le-corps le président du CA, le directeur d’exploitation Didier Solbreux et par le rédacteur en chef Michel Bellefontaine.