Les syndicats demandent d'entrer dans une loi Renault.

Cinq jours après la terrible annonce de la direction d'Avery Dennison de supprimer 220 emplois dans les prochains mois, les premières négociations syndicales ont pu débuter ce mardi. Les différents délégués et permanents ont rencontré les membres du Conseil d'entreprise pendant de longues heures pour un premier tour de table.

"Nous avons d'abord abordé la reconduction des contrats à durée déterminée qui viennent prochainement à échéance", explique Fabian Caci, ouvrier au sein de l'usine et délégué FGTB. "Nous demandons de les inclure dans le processus de la loi Renault afin qu'ils puissent bénéficier de l'accord social qui en déboucherait. Nous restons en effet persuadés de la nécessité de rentrer dans une loi Renault afin de permettre à ceux qui vont malheureusement nous quitter de recevoir un atout supplémentaire dans la recherche d'un emploi."

Pour les syndicats, il est nécessaire que tous les travailleurs concernés par une perte d'emploi bénéficient également d'un volet social "à la hauteur des promesses effectuées il y a moins d'un an et à la hauteur de la déception ressentie suite à cette annonce de perte d'emploi." Les négociations se poursuivront dans les prochains jours et prochaines semaines. Un calendrier de rencontres sera rapidement élaboré.

Rappelons que l'entreprise américaine Avery Dennison a prévu de supprimer 220 équivalents temps plein (dont 135 CDD) sur son site belge installé à Soignies. Avery Dennison, qui produit notamment des applications auto-adhésives pour véhicules, des étiquettes et des autocollants, employait jusqu'à ce jour près de 720 travailleurs. Dont 250 qui ont été recrutés entre mars 2018 et mars 2019.

Jeudi dernier, lors de l'annonce, la direction s'est justifié notamment avec les conséquences de la pandémie. "Avec le déclin accéléré des volumes (plus de 40%) et des marges causées par des tendances économiques actuelles et la pandémie de COVID-19 et la récession qu’elle entraîne, nous devions proposer une série d’ajustements pour garantir notre compétitivité à long terme et être en mesure de continuer à offrir à nos clients notre remarquable portefeuille de produits de qualité", expliquait Fred Noel, vice-président d’Avery Dennison Graphics Solutions Europe.