Après la désignation du casting MR pour le gouvernement fédéral, Benoit Friart a probablement crû qu'il serait contraint d'abandonner son siège de député fédéral. Le bourgmestre du Roeulx siège en effet en tant que premier suppléant sur la liste hennuyère du MR. Or, Denis Ducarme n'ayant pas été renouvelé au sein du gouvernement fédéral, ce dernier aurait dû reprendre le siège de député que Benoit Friart occupait jusqu'à présent.

Mais finalement, le MR a décidé de placer Denis Ducarme au Gouvernement wallon, en tant que ministre de la Fonction Publique, du Tourisme, du Patrimoine et de la Sécurité routière. Du moins, c'est ce qui est prévu par le parti libéral même s'il apparait que cette désignation serait illégale. Elle ne respecterait en effet pas un décret de 2019 qui impose au moins un tiers de femmes dans le gouvernement régional. 

En attendant une confirmation, Benoit Friart récupère théoriquement le siège de Denis Ducarme. "J'avais déjà récupéré son siège lorsque le gouvernement est devenu de plein exercice en mars dernier", confie le bourgmestre du Roeulx. "Mais il est clair que c'était différent car il n'y avait pas vraiment de programme gouvernemental. Maintenant, je suis reparti pour quatre années avec la volonté de reconstruire. Je serai toujours membre de la commission énergie-climat et de la commission économie. Donc je continuerai à m'investir dans ces deux domaines très importants mais aussi pour notre région du Centre qui en a besoin."

Si tout va bien, Benoit Friart gardera son siège de député jusqu'en 2024. Après quoi, à 73 ans, il ne se représentera plus aux élections législatives. "C'est un dernier rush. Mais ça ne sera pas une pré-pension. Je serai plus actif que jamais. Mais après 2024, d'autres jeunes de qualité seront là pour prendre la relève. Et à un moment, il faut passer le relais. En politique, il faut beaucoup s'investir et savoir aussi passer la main à d'autres qui arrivent avec d'autres idées et une nouvelle énergie."