Pouvant compter sur des finances saines, le collège prend ses précautions.

L'heure est aux chiffres à Binche où l'on présente au conseil communal les comptes de l'année 2019, ainsi que la première modification budgétaire de l'année 2020. Comme le reste de la planète, la Cité du Gille a été frappée par le coronavirus. Et c'est un contexte auquel les autorités locales ont prêté attention, avec la plus grande prudence.

Ainsi, le compte pour l'année 2019 affichait initialement un boni de plus de 1,2 million d'euros. Mais le collège a décidé d'en prélever un montant de 700.000 euros qui sera mis en réserve par sécurité. Ce montant s'ajoute aux 500.000 euros déjà mis de côté tant pour la Ville que pour le CPAS. Au bout du compte, le collège s'est donc constitué un matelas de sécurité de 1,7 million d'euros pour affronter les répercussions de la crise sanitaire, ce qui porte à 9 millions d'euros le fonds de réserve disponible pour les budgets ordinaires et extraordinaires.

"Les prévisions tablent sur une diminution du PIB de 18%", explique le bourgmestre Laurent Devin. "La crise du coronavirus aura inévitablement un impact sur les finances communales. Le gouvernement wallon autorise d'ailleurs une marge de déficit de 3% en 2021 et de 5% en 2022, car il est conscient des difficultés à venir pour les communes. Et il faudra quelque temps pour s'en remettre."

Certains effets se manifestent déjà à travers la première modification budgétaire. "Nous avons perçu toute une série de recettes en moins, à travers la piscine, le théâtre, la location de salles ou l'annulation de taxes pour l'horeca", indique Manuel Bejarano, échevin des Finances. "Cela a été compensé en partie par une aide de la Région wallonne et d'autres dépenses qui ont été annulées comme la diffusion des matchs de l'Euro, la chasse aux œufs ou l'organisation des Mérites sportifs. On constate pour le moment des dépenses qui ont augmenté de 30.562 euros, tandis que les recettes subissent une baisse de 54.374 euros."

Prudent, le collège n'en oublie pas ses investissements pour autant. 60 des 68 projets lancés dans les exercices antérieurs ont été mis en route. Les 8 restants seront réinscrits en 2020, alors que 5 nouveaux projets pour la plupart subsidiés voient le jour à travers cette modification budgétaire. Parmi ceux-ci, la revitalisation urbaine de Péronnes-Charbonnage et le déploiement de bornes d'accès au Wifi dans le cadre du projet européen WIFI 4EU.

Difficile de prédire de quoi demain sera fait avec cette pandémie de coronavirus qui semble loin d'avoir dit son dernier mot. Une chose est sûre, les répercussions de la crise seront lourdes. À Binche, le collège est manifestement décidé à mettre toutes les chances de son côté pour les surmonter.