Le projet de rénovation avait suscité de nombreux débats. Un projet est désormais arrêté.

C'était au mois d'avril. Alors que les arbres fleurissaient, une pétition circulait pour protester contre l'abattage de ceux qui ornent la Place du Centenaire. Un projet de rénovation était dans l'air et suscitait la polémique.

Après plusieurs réunions citoyennes et une enquête publique, le projet est arrêté. "Il y a eu des échanges et des consultations avec les riverains. Plusieurs modifications ont ainsi été apportées au préprojet pour tenir compte de leurs avis et suggestions", commente le bourgmestre Laurent Devin. "95% approuvent le projet final. Parmi les 5% restants, certains ne veulent pas qu'on touche aux arbres. D'autres veulent plus de places de parking. Les sensibilités ne sont pas toujours les mêmes, ce qui est normal dans la vie d'un quartier."

Abattre les arbres est pourtant nécessaire selon le responsable du projet au sein de l'administration communale. "Des arbres fragilisés et dangereux ont déjà été abattus. Ceux qui restent sont en état de dégénérescence. Leur indice phytosanitaire est mauvais, ils pourraient mourir d'ici 2 à 5 ans", indique le responsable du dossier. L'état de la place n'est guère à envier. "Je me souviens que j'allais y jouer au basket quand j'étais enfant. Le béton n'a jamais été rénové depuis", évoque le bourgmestre.

La place du Centenaire va donc faire peau neuve. Le tilleul existant, arbre du centenaire, va être maintenu. Il va pouvoir être entretenu, notamment par des injections dans le sol, ce qui n'était pas possible pour tous les autres arbres. Ces derniers seront remplacés par des tilleuls Greenspire. Afin de respecter la volonté des riverains qui ne voulaient pas se retrouver avec une place complètement nue, la Ville choisira des arbres ayant déjà atteint une taille comprise entre 12 et 20m. Côté cimetière, une rangée de magnolias sera plantée.

Dans sa nouvelle version, la place comprendra une zone de détente, une pour les enfants et une zone mixte ado dédiée aux jeux de ballon avec plantation d'un chêne rouge en solitaire pour apporter un coin d'ombre. Quant au stationnement, la Ville a laissé tomber l'idée des places en épi pour n'en garder que 8, longitudinales, de part et d'autre de la place. De hautes bordures empêcheront par ailleurs le parking sauvage tel que la place le connait aujourd'hui.

Choisir de plus grands arbres coûte évidemment plus cher que de jeunes pousses. Le montant total du projet s'élève ainsi à 300.000 euros. Le permis a été délivré. Une demande de subside attend à présent une réponse de la Région wallonne.