Centre

Un projet citoyen est en cours d'élaboration pour soutenir l'économie locale.

Il y a le Ropi à Mons ou le Lupi à La Louvière. En Fédération Wallonie-Bruxelles, quelque 14 monnaies locales ont déjà fait leur apparition. Binche et Estinnes pourraient venir grossir les rangs de ces circuits alternatifs. C'est en tout cas la volonté d'Yves Etuin, un enseignant originaire de la Cité du Gille.

"Comme beaucoup de personnes, j'ai été marqué par le film Demain", explique le Binchois. "On y propose un tas de solutions pour construire un futur plus vivable. Certaines nécessitent la main verte, ce qui n'est pas mon cas. Mais il y avait aussi l'idée d'une monnaie locale illustrée par de nombreux exemples qui se mettent en place un peu partout. Je me suis dit que c'était quelque chose que je pouvais faire à mon échelle."

Les avantages d'une monnaie locale sont en effet nombreux selon notre enseignant. "L'idée, c'est que les gens échangent un euro contre un billet de la monnaie locale qui a la même valeur. Mais ce billet est imprimé dans la région et accepté par des commerçants de la région", poursuit Yves Etuin. "C'est donc une manière de soutenir l'économie et les producteurs locaux. En consommant local, on pose également un geste pour l'environnement. Par ailleurs, il a été prouvé que la monnaie locale circule trois fois plus vite que les euros. En effet, la monnaie locale peut difficilement faire l'objet de spéculation. Et la planquer dans un compte aux îles Caïman n'offre aucun intérêt."

Pour le moment, le projet en est encore au stade embryonnaire. Plusieurs étapes restent à franchir. À commencer par l'appellation. Sur la page Facebook Monnaie locale Binche-Estinnes, un sondage a d'ailleurs été lancé pour désigner le nom de la future monnaie parmi six propositions. "Nous sommes aussi en contact avec Financité qui œuvre pour une économie plus solidaire et aide à mettre en place des monnaies locales. Nous espérons pouvoir recruter suffisamment de bénévoles pour pouvoir démarcher les commerçants locaux. Ensuite, nous procèderons à une levée de fonds pour obtenir le seul investissement nécessaire, celui qui nous permettra d'imprimer la monnaie."

Yves Etuin devrait prochainement rencontrer l'échevine binchoise Natacha Leroy. Il est également en contact avec la bourgmestre d'Estinnes, Aurore Tourneur. "C'est un projet totalement citoyen, sans couleurs politiques. Mais si nous pouvons avoir un petit coup de main des autorités pour mettre les choses en place, on ne va pas cracher dessus. Il y a de plus en plus de monnaies locales. Ce n'est pas une idée d'illuminés. Mais ça demande de l'énergie et de la pédagogie pour installer ces nouvelles habitudes."