Le carnaval de Binche n'aura pas lieu cette année. Pour la Ville, son organisation mobilise habituellement d'importants moyens. Le collège communal a donc décidé d'utiliser le budget alloué aux festivités pour octroyer des primes aux secteurs touchés par l'annulation du carnaval, mais aussi par la crise.

Les artisans, les cafetiers et les centres de fitness toucheront ainsi une prime de 3.000 euros. Les métiers de contact et les agences de voyage, qui sont toujours ouvertes, mais qui sont impactées par la fermeture partielle des frontières, auront droit quant à eux à une aide de 2.000 euros. Au total, le collège communal a mobilisé un budget de 270.000 euros pour ce plan d'aide.

"En cette période de confinement partiel et alors que le carnaval aurait dû être à nos portes, la Ville de Binche a voulu marquer un geste symbolique pour aider les acteurs économiques", explique le bourgmestre Laurent Devin. "C'est le bon sens qui parle. L'argent qui devait servir à l'organisation du carnaval va être doublé et va servir à aider ceux qui souffrent de la crise. Il y a des différences de montant dans les primes, car la situation n'est pas la même pour tous. Le collège laissera par ailleurs la porte ouverte à ceux qui s'estimeraient lésés. Nous sommes à l'écoute. Ce plan d'aide sera proposé mardi prochain au conseil communal, nous souhaitons avancer le plus rapidement possible."

Une fois le règlement du plan d'aide validé par le conseil communal, les démarches pourront être lancées. "Durant les grandes vacances, nous avions fixé deux échéances importantes", rappelle Natacha Leroy, échevine du Développement économique. "Tout d'abord, les fêtes de fin d'année pour les commerces de détail. Nous avons lancé à cette occasion l'opération des chèques pour laquelle 172.000 euros ont déjà été investis. L'autre échéance, c'était le carnaval pour les artisans et les cafetiers, auxquels nous avons ajouté d'autres métiers qui sont toujours impactés par les mesures de confinement. Nous avons travaillé avec l'ensemble des acteurs économiques pour déterminer ces montants qui ne sont pas négligeables. Concrètement, dès que le plan aura été validé par le conseil, il faudra faire une demande à travers un formulaire auprès du service des affaires économiques de la Ville. Les aides seront ensuite octroyées rapidement."

Pour les artisans, ce plan d'aide s'ajoute à une cagnotte ouverte par l'Association de Défense du Folklore. Elle rencontre un franc succès selon son président intérimaire, Daniel Pourbaix. Des discussions sont également en cours pour accorder des aides wallonnes. Laurent Devin avait plaidé la cause des artisans auprès du ministre-président Elio Di Rupo. Il interpellera le ministre Borsus la semaine prochaine pour savoir où en sont les discussions.