Depuis ce matin, les cafés ne désemplissent pas dans le centre de Binche. Au contraire, au fil des heures les gens s'amassent de plus en plus à l'intérieur et sur les terrasses des bars de la grand-place. Une aubaine pour les cafetiers binchois qui retrouvent à la fois, l'ambiance carnavalesque des soumonces précédentes et une clientèle conséquente.

"Pour un "non-carnaval", il y a quand même du monde !", se réjouit Jérôme Urbain, le patron du Parapluie National. "Les binchois avaient envie de sortir et ça nous le savions depuis déjà pas mal de temps. Nous l’avions déjà vu aux soumonces où il y avait du monde. C’est vrai que malheureusement nous n’avons pas pu réaliser le carnaval mais je crois que tout le monde avait à cœur de pouvoir sortir et faire la fête".

Le même constat se fait au bar L'Antidote où 5 serveurs s'attellent à répondre aux nombreuses demandes d'un bar totalement rempli d'amateurs de folklore. Malgré le monde au rendez-vous, le cœur y est un peu moins pour le patron du bar, Josélito Gonzalez, qui ne retrouve pas à 100% la joie qu'il pouvait ressentir lors des précédents carnavals. "Malgré les conditions, cela reste un carnaval mais nous n’avons pas la joie que l’on peut retrouver dans un vrai carnaval. Malgré cela, l’amusement est là, les gens ont besoin de s’amuser, ils ont besoin de sortir, de s’extérioriser et cela se voit. Même si c’est un "non-carnaval", les gens en ont besoin".

Et d'ajouter : "Ce n’est pas comme les autres années, il manque le folklore, certains amis et beaucoup de gens sont partis en vacances. L’amusement est là mais il manque l’affectuosité".

Pour ces cafetiers ce n'est pas un étonnement de voir autant de monde présent malgré l'annulation des festivités. Les habitants de la Région du Centre et surtout, les binchois, étant fortement attachés à leur folklore et à leurs traditions, il ne pouvait pas en être autrement. C'est donc un non-sens pour le patron du Parapluie National, que les autorités de la Ville n'aient pas réagi plus rapidement pour veiller à la sécurité de la foule. "Maintenant, la police a pris la mesure de la chose et a pu fermer la grand place mais il était plus que temps parce que cela faisait un moment que pas mal de gens étaient là. C’est peut-être un peu dommage que la zone de police n’ait pas pris la mesure directement. Il y a du monde depuis environ 10h du matin donc par rapport à un carnaval, la fréquentation s’est décalée de 2 heures. En général, il y a du monde à partir de 8h mais c’est normal, les cagnottes ne sont pas parties de chez eux".