Après avoir révélé les secrets des Ticuna, le Musée du Masque quitte l'Amazonie et nous emmène à la découverte des Abelam, au nord de la Papouaise-Nouvelle-Guinée. "Abelam – Tournés vers les étoiles" est l'exposition qui marque la rentrée du MUM. Elle propose une expérience inédite à plus d'un titre autour des cérémonies masquées d'Océanie.

Grâce à la collaboration du galeriste canadien Marc Assayag, une quarantaine de masques abelam sont exposés pour la première fois en Belgique. Ces pièces ont la particularité de pouvoir être regardées sous différents angles pour offrir différentes représentations. Les masques abelam font ainsi bien plus que titiller notre curiosité pour l'exotisme, ils nous invitent à repenser notre façon de voir le monde.

Marc Assayag a découvert presque par hasard le sens caché de l'art abelam, en observant un masque… à l'envers! "Le premier anthropologue qui a étudié la culture abelam a conclu que leur art était purement visuel, car il ne véhiculait pas d'explications. Il se trompait lourdement", explique Marc Assayag. "En fait, les Abelam n'ont pas de notions de géométrie. Ils produisent de l'art qui est visible pour les esprits. Or les esprits sont partout. Leur art va donc au-delà de notre vision en deux ou trois dimensions, c'est un art visuellement ambidextre."

Pour rendre compte de toute la complexité des masques, Olivier Desart du MUM a imaginé une scénographie qui mêle mécanismes de rotation, jeux de miroir et autres effets d'optique. Le résultat est bluffant. "La vision occidentale est traditionnellement linéaire. Si nous observons les masques abelam de cette façon, nous ne pouvons pas mesurer toute la portée de leur art qui est une véritable invitation à renverser l'ordre du monde", souligne Clémence Mathieu, directrice du MUM.

Notons que vingt artisans créateurs des Métiers d'art du Hainaut ont d'ores et déjà répondu à cette invitation. Ils étaient invités à s'emparer des masques abelam pour les réinterpréter à leur manière. Ce travail fait l'objet d'une deuxième exposition à découvrir également au Musée du Masque.