Les pompiers de Binche sont en colère et le font savoir. Ce samedi matin, plusieurs d’entre eux ont entrepris une action de protestation sur la place de Binche. Équipés de pétards et en tenue d’intervention, ceux-ci sont allés à la rencontre des premiers clients installés en terrasse afin de les sensibiliser à leur situation.

"La population binchoise est en danger", explique ainsi un pompier. "On vit avec la mérule dans la caserne. On a plusieurs revendications : on manque d’effectifs. Hier, on nous a supprimé un sergent donc c’est Soignies qui devait nous sauver. On doit nous construire une nouvelle caserne mais par manque d’argent, on ne la fait pas. On est menacés de fermeture. Vous imaginez une ambulance qui mettrait 40 minutes à arriver pour un arrêt cardiaque ?"

Ce n’est pas la première fois que les pompiers manifestent leur impatience de voir des projets importants se concrétiser. La construction de la nouvelle caserne avait été annoncée en 2019. Consciente que la caserne actuelle ne répond plus aux normes, la zone de secours Hainaut-Centre s’était mise à la recherche d’un terrain.

50 000 euros avaient été inscrits au budget extraordinaire de la zone afin d’en permettre l’acquisition, a priori à mi-chemin entre Soignies et Braine-le-Comte. "Nous avons analysé la couverture du territoire de la zone en fonction des effectifs, qu'ils soient professionnels ou volontaires", expliquait alors dans nos colonnes Eric Thiébaut, président de la zone de secours. "Il faut que l'on puisse intervenir partout en 20 minutes maximum. L'étude a démontré qu'une nouvelle caserne entre les deux villes était la meilleure solution."

Contacté ce samedi, Éric Thiébaut confirme que le dossier suit son cours. "Les crédits pour l'achat du terrain et les frais d'étude ont été inscrits au budget. C'est le genre de dossier qui prend du temps et nous comprenons que les pompiers trouvent cela long, alors qu'ils ne travaillent pas dans de bonnes conditions. Mais nous ne pouvons malheureusement pas aller plus vite."

Le président précise encore que des conteneurs ont déjà été installés sur le site. "Les pompiers ont demandé à en obtenir un supplémentaire. Le marché va être passé et il sera installé dans le courant de cette année. Je vais relancer les services afin de pouvoir faire le point sur l'état d'avancement du dossier."

Opérationnelle depuis 2014, la zone de secours Hainaut-Centre est aujourd'hui composée de dix casernes (Binche, Braine-le-Comte, Chièvres, Enghien, Soignies, Saint-Ghislain, Mons, Dour, Quiévrain et La Louvière) qui œuvrent pour 28 communes. Actuellement, les casernes de la zone sont encore propriété des communes, la zone devant les racheter une à une ou en construire de nouvelles lorsque cela s’impose, comme à Binche, où c'est une caserne plus modeste que l'actuelle qui sera privilégiée.