Centre

Le père a déjà été condamné en 2015 pour des faits similaires.

Le ministère public a requis, mardi devant le tribunal correctionnel de Charleroi, un an d'emprisonnement à l'encontre de Jean-Claude D., originaire de Binche, poursuivi pour des coups et blessures sur son fils. L'enfant, qui avait refusé de manger ses épinards, s'était fait fracasser le visage par le prévenu. Les faits remontent au 20 mai 2018. La famille de Jean-Claude D. se trouvait à table pour le repas, lorsque le fils du prévenu a refusé de manger ses épinards. Son père, qui avait auparavant abusé de la boisson, était alors sorti de ses gonds et lui avait fracassé la tête contre l'assiette. Avec le choc, celle-ci s'est complètement brisée. Blessé, le garçon avait été emmené aux urgences où on lui avait posé 15 points de suture.

Durant sa plaidorie, la partie civile a souligné, l'absence de prise de conscience du paternel. "On évoque un enfant assez difficile. Même si c'est le cas, cela n'excuse en rien son geste. Un témoin de la scène confirme qu'il lui a clairement fracassé la tête. Mais aujourd'hui, il n'y a aucune prise de conscience du prévenu."

La substitute du procureur a requis une peine de prison pour le prévenu. Elle a rappelé le contexte difficile dans lequel vit l'enfant. Ses parents consomment régulièrement de l'alcool. De plus, le père a déjà été condamné en 2015 pour des faits similaires. Il est donc en état de récidive légale. La défense du prévenu est, elle, revenue sur le climat familial. "Les deux parents ont des soucis de santé liés à leurs consommations. Mon client a lui-même connu la violence durant son enfance. Mais il est grand temps, pour le bien de l'enfant, que tout cela s'arrête."

Une peine de probation autonome est plaidé pour le père, bientôt sexagénaire. Le jugement sera prononcé le 11 juin.