Un shooting photo particulier était organisé ce samedi à Binche.

Au diable les fleurs, dites-le avec les yeux! Dans la foulée du confinement, le Binchois Patrick Haumont a eu l'idée de profiter du port du masque pour mener un projet artistique des plus intéressants. Avec l'aide de la photographe Amandine Lison, bien connue pour son travail sur le carnaval et les regards, il immortalise des portraits de personnes masquées.

"Quand on a commencé à devoir porter le masque, beaucoup disaient que ça cachait les émotions en recouvrant une partie du visage. Mais nous avons pensé au contraire que ça sublimait les yeux", explique Patrick Haumont. "Ce que le reste du visage ne peut plus dire, le regard le dit. Et si on peut mentir avec un sourire, on ne peut pas le faire avec les yeux."

On dit souvent que la perte d'un de nos cinq sens amplifie les autres. C'est ce qui transpire d'une certaine manière des clichés d'Amandine Lison où les regards des visages masqués s'expriment avec une force inhabituelle. Le projet s'appelle Le Masque élégant. Il se décline déjà à travers une page Facebook et un compte Instagram. Une exposition devrait suivre, et peut-être même un livre.

Samedi, Patrick Haumont et Amandine Lison étaient à Binche pour une séance de shooting. "Amandine étant de Charleroi, j'ai d'abord contacté le patron de Rive Gauche qui a adhéré au projet. Nous y avons déjà réalisé une séance de photos. Nous allons aussi aller aux centres commerciaux de Liège et de Charleroi, peut-être même Anvers. Ceux qui avaient eu vent de notre projet disaient qu'il faudrait le faire aussi à Binche évidemment. Nous sommes donc venus pour le marché samedi et nous reviendrons d'ici une dizaine de jours au Musée du Masque."

L'expérience est intéressante. "Beaucoup de gens qui se font prendre en photo nous disent qu'ils n'avaient jamais vu leurs yeux comme ça. Nous souhaitons créer une banque d'images avec 250 à 300 regards. Il y a une démarche artistique autour du regard. Mais nous voulons aussi pouvoir garder un souvenir positif de cette période qui a été compliquée", conclut Patrick Haumont.

© D.R.