Centre

La Cité du Gille entreprend les démarches pour rejoindre le réseau VADA. Explications.

En 2025, un tiers des Wallons sera âgé de 65 ans ou plus. Une personne sur trois sera confrontée à des problèmes liés à la mobilité, la santé, la sécurité, le mobilier urbain ou encore la solitude. Un contexte auquel s'ajoute le phénomène d'érosion des commerces et services de proximité.

Suivant les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé, les autorités semblent de plus en plus prendre conscience du problème. C'est ainsi qu'est né le concept de Ville amie des aînés qui s'organise à travers le réseau VADA.

"Six communes pilotes participent déjà en Wallonie", indique l'échevin Kevin Van Houter. "À Binche, nous avons lancé les démarches pour y adhérer."

Plus qu'une sorte de label, le projet implique des actions concrètes qui devraient profiter aux seniors, mais pas seulement. "L'idée est d'intégrer l'accessibilité des aînés dans tous les nouveaux projets qui sont lancés par la Ville", poursuit l'échevin. "Dès les premières étapes, il faut se demander si c'est adapté aux aînés. Des études montrent qu'une fois qu'on a pensé à l'accessibilité des aînés, ça profite aussi à d'autres personnes qui peuvent avoir des difficultés comme les mamans avec leur poussette ou les PMR. On sait aussi que lorsque la réflexion est intégrée dès le début, ça coute moins cher que d'adapter le projet par la suite."

Le projet se veut également participatif. Ce n'est pas la Ville, toute seule de son côté, qui va décider comment devenir l'amie des aînés. "Ils seront intégrés à la réflexion du projet pour que nous puissions cibler ensemble quels sont leurs besoins dans une ville comme Binche."

Notons que dans la région, la Ville de Mons fait figure de pionnière. Elle avait obtenu dès 2014 l'accord de l'OMS pour adhérer au réseau VADA, ce qui a débouché sur toute une série d'actions par et pour les aînés. Binche devrait donc prochainement s'ajouter à la liste des communes wallonnes membres du réseau.