Des hautes tensions, le projet de ligne d'Elia en crée déjà beaucoup. Lundi soir, des représentants de l'entreprise étaient invités à répondre aux nombreuses questions des mandataires au conseil communal d'Écaussinnes. La séance se déroulait à huis clos, covid oblige. Mais les opposants au projet, qui redoutent l'impact électromagnétique de cette véritable autoroute électrique, étaient présents en nombre à l'extérieur. Après la présentation, des membres d'Elia ont été pris à partie. Si bien qu'aujourd'hui, le gestionnaire de réseau annonce qu'il suspend sa participation aux prochaines réunions publiques déjà planifiées.

"Près de 60 rencontres étaient planifiées dans les 14 communes concernées par le projet. À la suite de la diffusion de la vidéo officielle présentant le projet, ce 28 septembre marquait le début des rencontres citoyennes proposées par Elia et organisées en concertation avec les communes", rappelle Elia. "À l’occasion du conseil communal d’Écaussinnes, les équipes d’Elia présentes afin d’expliquer le projet et répondre aux questions des autorités communales ont fait l’objet de menaces tant verbales que physiques. Elia condamne fermement ces agissements inacceptables."

Le gestionnaire rappelle que sa démarche se voulait informative et constructive afin d’informer au mieux les autorités locales et les citoyens potentiellement concernés. Il regrette des dégradations matérielles volontaires et ces menaces, tant verbales que physiques, qui mettent en danger l'intégrité physique de ses équipes sur place.

Pour rappel, la boucle du Hainaut devrait relier les postes d’Avelgem en Flandre et de Courcelles en Wallonie et a pour objectif de développer des infrastructures de transport électrique modernes afin de faciliter la transition énergétique et favoriser le développement économique de la région. Mais le projet a soufflé un vent de protestation, beaucoup redoutent les nuisances d'une telle ligne. À Lens ou Soignies par exemple, partis de la majorité et de l'opposition se sont mobilisés à travers une union sacrée pour demander l'abandon du projet. À Seneffe, la commune a désigné un groupe d'experts indépendants pour qu'Elia lâche ou révise sa copie. Et ce ne sont que quelques exemples de la mobilisation qui se met en place. Une mobilisation qui a toutefois dérapé pour certains hier à Écaussinnes.